Bioinsecticides : à utiliser avec prudence !

Sans titreBio = sans risque ? Pour les associations environnementalistes comme Générations Futures, c’est bien sûr le cas, du moins c’est ce qu’elles essayent de nous faire croire. Une tribune publiée dans la France Agricole (daté du 29 avril, p13) et écrite par Marcel Amichot, biologiste à l’Inra faisant partie de l’une des rares équipes travaillant sur l’impact des bioinsecticides sur les organismes vivants, nous rappelle que c’est loin d’être évident.  La bactérie qui compose 70% des biosinsecticides, le bacillus thuringiensis est un organisme ultra-résistant qui peut rester 28 jours sur les feuillages et un an dans les sols. Elle peut également provoquer de graves intoxications alimentaires chez l’homme, des infections pulmonaires ou encore des maladies nosocomiales. Sur des personnes affaiblies, elle peut même être mortelle.
Certes, les produits composés de cette bactérie peuvent avoir l’avantage d’affaiblir les résistances des ravageurs et donc de réduire l’usage des molécules phytosanitaires « classiques » mais ils restent à utiliser avec prudence, notamment pour les producteurs chez qui ils peuvent provoquer des maux de tête, des troubles du sommeil et des troubles digestifs.
Et Michel Amichot de recommander à l’utilisateur le port du masque comme pour n’importe quel produit phytosanitaire conventionnel et au consommateur de bien laver ses fruits et légumes pour éviter d’ingérer le bacillus thuringiensis.

email
Commentaires
  1. philippe
  2. un physicien
  3. Thibault