L’argent des ONG et les paradis fiscaux

Sans titreLes révélations des « Panama Papers » ont permis de faire éclater le plus gros scandale d’évasion fiscale de l’histoire, avec une liste impressionnante de personnalités impliquées. Différentes associations écologistes ont relayé les infos pour dénoncer ce scandale, à l’instar de Générations Futures, par la voix de son boss François Veillerette, ou encore l’association Corporate Europe Observatory (CEO), spécialisée dans la chasse aux lobbies.
Mais quand il s’agit de recevoir de l’argent d’une fondation située dans un paradis fiscal, les scrupules de ces associations s’évanouissent. Ainsi, la Fondation Goldsmith assure par exemple environ 10% du budget de Générations Futures chaque année. Elle a fait des dons entre 35.000 et 75.000 euros à CEO, et a également été généreuse avec Inf’OGM, le CRIIGEN et bien d’autres associations écologistes puisque, selon le site bien renseigné Ecolopedia (voir ici), la Fondation Goldsmith affirme avoir financé Greenpeace France, les Amis de la Terre, la Confédération paysanne, le Réseau Sortir du Nucléaire,… Or cette Fondation Goldsmith (ou JMG Foundation) est basée dans le paradis fiscal du Liechtenstein. Cerise sur le gâteau, la fondation a été créée par le prédateur financier britannique Sir James Goldsmith, connu aussi pour ses connivences ultraconservatrices, notamment avec Philippe de Villiers.
Autre exemple, la Fondation Isvara qui a été fondée par le millionnaire Ayman Jallad, détenteur de l’entreprise Ezzat Jallad & Fils basée au Liban, concessionnaire exclusif du géant américain Caterpillar pour le Liban, la Jordanie et l’Autorité palestinienne. Cette fondation apporte des financements à des mouvements comme Via Campesina ou la Fondation Sciences Citoyennes, et donne annuellement 200.000 euros à CEO et plus de 400.000 euros à la branche internationale des Amis de la Terre. Or la Fondation Isvara est administrée par un conseil de fondation basé… à la banque suisse UBS, à Zurich.
Bien évidemment, opacité oblige, la Fondation Goldsmith et la Fondation Isvara ne rendent public ni rapports annuels ni rapport financiers. Mais pour « sauver la planète », les ONG écologistes doivent se dire que l’argent n’a pas d’odeur…

Sources
http://www.ecolopedia.fr/?p=7938
http://www.ecolopedia.fr/?p=9921

email