« Tout le monde sait que des fermes usines vont finir par faire leur apparition en France »

Sans titre2Interrogé par le mensuel Capital d’avril 2016, Gil Rivière-Wekstein, économiste et fondateur de la lettre Agriculture & Environnement, regrette que l’ « on fantasme tellement l’exploitation familiale en oubliant que les petits agriculteurs n’ont pas de vacances, ont du mal à trouver une épouse et gagnent parfois à peine le Smic ». En effet, « mis à part la Confédération paysanne, qui est dans son rôle, tout le monde sait bien que le modèle agricole français doit évoluer et que des fermes usines comme il en existe en Europe du Nord vont finir par faire leur apparition. On peut très bien produire des briques de lait pour la grande distribution dans ce genre de sites. Cela ne veut pas dire que les exploitations traditionnelles vont disparaître, notamment dans les régions où il y a des appellations. Mais cette alimentation de terroir, à laquelle on peut rajouter le bio, représente tout au plus 20% du business. » Revenant sur les difficultés des éleveurs de porcs, Gil Rivière-Wekstein rappelle que « la taille des élevages français est l’une des plus faibles d’Europe : 200 truies en moyenne soit une production de 5 000 porcs par an. Au Danemark, c’est trois fois plus ! » Bref, « une concentration semble inévitable ». Idem pour les producteurs laitiers dont les « exploitations familiales sont trop petites », « une concentration va être nécessaire ».

email
Commentaires
  1. roger
  2. un physicien