Cash Investigation persiste et signe… dans l’erreur

cashDans un billet précédent (voir ici), nous vous avions fait part de notre bonne surprise, suite à l’article de Libé sur le chiffre bidon de Cash Investigation concernant les pesticides. En effet, se basant sur un rapport de l’EFSA, Elise Lucet et son comparse Martin Boudot ont martelé que 97% des aliments contiennent des résidus de pesticides, alors que, comme l’explique Libé, sur ces 97,4%, 42,8% contiennent des résidus détectables mais ne dépassent pas les limites autorisées, alors que 54,6%… ne contiennent aucun résidu détectable. Piqué au vif, Martin Boudot, journaliste auteur de l’enquête, s’est fendu d’un long droit de réponse pour affirmer que les 54,6% d’aliments sans résidus détectables contiennent en réalité des pesticides mais dans des quantités non mesurables. Libé vient de publier un nouvel article dévastateur intitulé « Cash Investigation a toujours tort », dans lequel il est notamment montré que « dans les 54,6%, il y a bien certains aliments qui présentent des traces de pesticides en quantité tellement infimes qu’on ne peut pas les quantifier… mais il y en a aussi, contrairement à ce qu’il affirme, qui n’ont donné lieu à aucune détection du tout ». Les journalistes de Libé apportent différents éléments, venant de la DGAL, de la DGGCRF, de l’ANSES, tous confirmant l’ineptie de Martin Boudot.

Et pour ceux qui ne sont pas encore convaincus que Martin Boudot raconte n’importe quoi sur les chiffres des pesticides, voyons ce que ce journaliste chevronné a déclaré lors de l’émission « C’est pas du vent » sur RFI le 7 février dernier : « Ce chiffre (97%) est un petit peu à modérer dans le sens où, officiellement, il y a 65% des éléments qui contiennent des résidus de pesticides et puis le reste c’est des produits chimiques qu’on ignore. Voilà on ne sait pas ce que c’est. En gros, on estime qu’il y a des produits chimiques en plus. On va pas se mentir, on ne balance pas du mercure ou du plomb dans les pommiers. Donc, il y a de grandes chances que ces produits chimiques soient aussi des pesticides, mais simplement les limites de quantification pour les trouver sont encore trop élevées, donc on n’arrive pas à être sûrs. Donc, 97% en tout cas, c’est assez énorme, impossible d’y échapper. »

Son incompétence, c’est assez énorme aussi, largement au-dessus des limites de quantification ! Car le rapport de l’EFSA qui mentionne ces 97% ne parle nullement d’autres produits chimiques, et ce « 65% de pesticides » est totalement imaginaire. Bref du grand n’importe quoi !

 

Sources

email
Commentaires
  1. un physicien
  2. Daniel
  3. Alzine
  4. Alzine
  5. Alzine
  6. Alzine
  7. Alzine
  8. Alzine
  9. Alzine