Séralini déterre l’affaire Glöckner

Sans titreCe mardi 26 janvier, Gilles-Eric Séralini fera une conférence de presse au Parlement européen, en présence de Michèle Rivasi et José Bové, afin de révéler que « le premier OGM Bt commercialisé était toxique à long terme pour les animaux ». En fait, le professeur caennais déterre une vieille histoire, celle des douze vaches de l’agriculteur allemand Gottfried Glöckner, mortes en 2002 alors qu’elles avaient été alimentées avec du maïs OGM de la société suisse Syngenta. Avant de nous pencher sur les nouveaux éléments censés être présentés par Séralini, il est bon de voir ce qu’écrivait la revue Agriculture & Environnement en 2007, alors qu’Envoyé Spécial se faisait l’écho de cette affaire :

« Le reportage incrimine ouvertement le maïs OGM. Or, quelles preuves la journaliste apporte-t-elle pour étayer ses accusations ? Aucune ! Pire, elle passe entièrement sous silence les conclusions de la cour du tribunal de Giessen (Allemagne), où l’affaire a été jugée suite à l’action en justice intentée par l’agriculteur contre Syngenta. Rendu le 7 mars 2007, le verdict est sans équivoque : plusieurs instances indépendantes, dont le Département des pathologies vétérinaires de l’Université de Giessen et le Robert Koch-Institut, ont en effet conclu que les décès résultaient d’un empoisonnement par des mycotoxines, aggravé d’une infection par l’agent du botulisme (la bactérie Clostridium botulinum). En clair, l’agriculteur allemand nourrissait son cheptel avec des aliments avariés. Rien à voir avec un problème de maïs OGM ! Par la suite, M. Glöckner a tenté de faire porter le chapeau de son incurie à une « méchante » multinationale, alors que dès le 18 février 2002, il disposait de l’avis des experts du Robert Koch-Institut, qui stipulait : « Selon les informations disponibles que nous avons évaluées, il n’y a aucune raison de suspecter que les problèmes occasionnés dans votre exploitation aient un lien de causalité avec la toxine Bt du maïs OGM 176 ». La basse manœuvre de l’agriculteur a été facilement démasquée par les autorités sanitaires allemandes. Ce qui explique pourquoi Greenpeace, également manipulée dans cette affaire, est devenue depuis si discrète sur ce cas ; d’autant plus que M. Glöckner s’est révélé être un personnage peu fréquentable. Il se trouve en effet depuis mars 2006 en prison, où il purge une peine de trente mois pour coups et blessures sur son épouse et ses enfants, prononcée le 14 mars 2004. Là non plus, rien à voir avec les OGM ! »

A noter que Gilles-Eric Séralini est bien au fait des problèmes personnels de Monsieur Glöckner. D’ailleurs, il vole à sa rescousse dans un court commentaire publié dans Scholarly Journal of Agricultural Science, dans lequel le responsable du CRIIGEN explique que les accusations de violence contre Monsieur Glöckner ont été lancées par sa femme « sans autre témoignage médical ou autre », laissant entendre aussi à demi-mots qu’elle aurait été sous pression de Syngenta. Il précise que si la sentence a été sévère à l’encontre de Monsieur Glöckner (prison ferme entre 2006 et 2007), c’est parce que ni lui ni son avocat ne s’étaient présentés lors du jugement. A vous de juger…

 

Sources
http://www.agriculture-environnement.fr/actualites,12/ogm-envoye-special-ou-envoye-specieux,207
http://www.agriculture-environnement.fr/dossiers/biotechnologie/des-coccinelles-au-service-du-lobby-anti-ogm,788
http://scholarly-journals.com/sjas/archive/2016/January/pdf/Gl%C3%B6ckner%20and%20S%C3%A9ralini.pdf
http://scholarly-journals.com/sjas/archive/2016/January/pdf/S%C3%A9ralini.pdf

 

 

email
Commentaires
  1. Astre Noir
    • Seppi
  2. Astre Noir
  3. Astre Noir
  4. aatea
  5. Roger
  6. philippe
  7. JCB
  8. VISOR
  9. VISOR
  10. Zygomar
  11. Thibault
  12. Karg se
  13. Anton Suwalki