Glyphosate : l’Efsa réagit aux tentatives de déstabilisation

Sans titreEn réponse aux multiples attaques, la dernière en début de semaine de la part de quatre députés européens (dont José Bové, et Michèle Rivasi, députés EELV) accusant l’autorité européenne de sécurité sanitaire de faire « le jeu des multinationales », le directeur de la communication de cette dernière vient de publier une réponse point par point sur le même média, le Huffington post. C’est un événement suffisamment rare pour le signaler : cette fois-ci, on quitte (enfin ?!) les débats feutrés de Bruxelles pour entrer dans une défense digne de ce nom de la part de l’EFSA.

Les principaux points de cette tribune :

« Il est vrai que l’EFSA fonde son examen en partie sur des études commanditées par l’industrie. En effet, en vertu du système européen de réglementation des pesticides, c’est aux entreprises qui visent à retirer un bénéfice de l’autorisation des pesticides qu’incombe la charge d’apporter la preuve de leur sécurité. Le même principe s’applique dans d’autres industries réglementées tels que les secteurs des médicaments ou des produits chimiques. » 

« Toutefois, l’examen du glyphosate par l’UE n’a pas uniquement tenu compte d’études financées par l’industrie. Plusieurs centaines d’études parues dans des publications scientifiques librement accessibles ont également été prises en compte. En réalité, ce qui importe n’est pas le statut d’une étude – indépendante ou financée par l’industrie par exemple – mais bien la façon dont l’étude est conçue, réalisée et documentée. »

« Enfin, sur la question de l’indépendance, il est important de souligner que les experts qui ont contribué à l’évaluation du glyphosate par l’EFSA sont tous des scientifiques du secteur public travaillant pour des agences nationales de sécurité alimentaire et des autorités publiques compétentes dans les États membres. Ces experts proviennent d’organisations nationales officiellement désignées par les gouvernements des États membres. »

Un rappel clair, net et précis des procédures, pour les adeptes de complotisme scientifique !

email