Gilles-Eric Séralini roulé dans la farine ?

ImageEn 2012, le site du CRIIGEN exhibait le prix du « Scientifique international de l’année 2011 » attribué à Gilles-Eric Séralini par l’International Biographical Centre of Cambridge (IBC). A l’époque, Agriculture & Environnement avait dévoilé qu’il s’agissait de ce que les Anglo-saxons appellent le « vanity scam », littéralement l’arnaque à la vanité, puisque l’activité de l’IBC est de vendre des prix « honorifiques » bidon, du type « Eminent Philosophe du Monde » ou « L’Homme International du Millénaire ». Suite à ces révélations, Gilles-Eric Séralini avait décidé, sagement, de retirer cette mention de son CV « pour éviter les polémiques inutiles ».

Or dans le CV de Séralini tel qu’il apparaît sur le site du CRIIGEN, on peut voir qu’il affirme fièrement que « l’ensemble de ses activités lui a valu de recevoir l’Ordre de l’Etoile de l’Europe, au grade de Commandeur, de la Fondation Européenne, Commission des Arts, Sciences et Belles-Lettres (Huy, Belgique, Eté 1999) ». Nous avons pu trouver sur Internet un document similaire décernant « la Commanderie de l’Ordre de l’Etoile de l’Europe » (voir ci-joint), signé par un certain Pierre Pasleau de Charnay. En fait, ce personnage haut en couleurs et décédé en 2004, est, comme l’explique le quotidien belge Le Soir, « l’escroc hutois Pierre Percy Pasleau, connu pour être probablement le Belge le plus – faussement – titré du royaume », précisant qu’il aura usé, au cours de sa carrière, « de quelque 80 titres ronflants, et créé une bonne dizaine d’associations fantômes ». Se proclamant « Prince de Surmont et Charnay », « XXIIIe Prince et Gouverneur général “ad vitam” de l’Ordre Equestre Apostolique de Saint-Georges de Bourgogne » ou encore « Souverain Grand Maître ad vitam » de l’« Ordre maçonnique universel du rite oriental ancien et primitif de Memphis et Misraïm réunis », Percy Pasleau a été condamné en France le 21 octobre 1976 du chef d’escroquerie caractérisée, et il a aussi été reconnu coupable par la justice belge de la prévention d’escroquerie en 1990. Toujours dans les années 90, il a été poursuivi « pour la distribution en France de faux ordres de Malte, de fausses cartes de presse, de fausses créances diplomatiques, une association sulfureuse d’“élites européennes” et un très fructueux “Conseil Européen de la gastronomie” ». Plus inquiétant, Le Soir ajoutait en février 1990 que le domicile de Percy Pasleau à Huy « apparaît dans quelques-uns des dossiers les plus croustillants de ces dernières années : le scandale de l’Etec – lié au “Service d’action civique” français – et les fausses cartes de presse de l’“Union européenne de la presse diplomatique et consulaire”, l’“Ordre souverain et militaire du Temple de Jérusalem” dont la branche marseillaise est toujours soupçonnée, à l’heure actuelle, d’avoir pris part à la tuerie d’Auriol (…), le scandale des “Eaux vives” à Liège (dans le registre cette fois des affaires de mœurs), etc. »

Gilles-Eric Séralini peut donc nous remercier ! Grâce à Alerte Environnement, ne sait-il pas désormais qu’il s’est fait rouler dans la farine par un célèbre escroc belge et que cet « Ordre de l’Etoile de l’Europe » est bidon. Et voilà une mention de plus à supprimer sur son CV ! Toutefois, il ne faut pas se méprendre : les trois autres distinctions reçues par Séralini sont parfaitement authentiques. Avec une caractéristique : elles ont toutes été remises par des personnes ou groupes acquis à sa cause anti-OGM. Ainsi, il a reçu le Prix Denis Guichard 2001, « pour l’ensemble des recherches, ses expertises sur les OGM et ses activités en faveur d’une évaluation scientifique indépendante et éthique ». Or le président de la Fondation Denis Guichard à l’époque n’était autre que Jean-Marie Pelt, secrétaire général du CRIIGEN. En 2008, il a été décoré de l’ordre du Mérite par Nathalie Kosciusko-Morizet, connue pour son engagement constant contre les OGM. Enfin, en 2015, il a été désigné comme l’un des lauréats 2015 du Prix du Lanceur d’Alerte, alors que l’un des membres du jury ayant décerné ce prix est Angelika Hilbeck, membre du conseil scientifique du CRIIGEN.

 

Sources
http://alerte-environnement.fr/2012/06/22/epilogue-concernant-le-prix-bidon-de-g-e-seralini/
http://www.agriculture-environnement.fr/a-la-une/seralini%E2%80%89-le-prix-de-l-ego,771
http://www.criigen.org/actualite/48/display/BIOGRAPHIE-Professeur-Gilles-Eric-Seralini
http://archives.lesoir.be/la-pseudo-maconnerie-recrute-tres-loin-de-l-ideal-du-fr_t-19900530-Z02QL8.html
http://archives.lesoir.be/percy-pasleau-arrete-en-suisse_t-19910123-Z03JHD.html
http://archives.lesoir.be/le-dernier_t-19900209-Z02CR9.html
http://alerte-environnement.fr/2015/09/21/un-prix-dami-pour-seralini/

email
Commentaires
  1. philippe
  2. JG2433
  3. JG2433
  4. Baba Yaga