Léa Nature : le lobbying bio en action

C’est l’histoire d’une belle réussite économique que rapporte hier le Figaro dans ses pages éco, celle de Léa Nature, l’un des leaders français du bio. Fondée en 1993 et d’abord spécialisée dans la phytothérapie, l’entreprise familiale se lance un an plus tard dans le bio et surfe depuis sur la vague. 53 millions de chiffre d’affaires en 2004, 178 millions en 2014, un capacité d’autofinancement de 20 à 30%, sept sites de production, 880 emplois : ce n’est pas parce que Léa Nature est un des représentants majeurs du bio que nous allons nier cette réussite.
Réussite elle-même fondée sur un « territoire d’image » (comme disent affreusement les communicants) que s’est forgée l’entreprise tout au long de ces années. Pour y parvenir, rien de tel qu’un coup de main de la part d’associations environnementales auxquelles Léa Nature devrait verser cette année 1 million d’euros. Par pure générosité ? Pas que… Parmi ces associations, on compte Générations Futures, l’association anti-pesticides grande pourvoyeuse de pseudo « enquêtes » régulières dénigrant l’agriculture conventionnelle et par contrecoup valorisant le bio. Une sacrée pub pour Léa nature qui surfe sur ce genre de communication pour bien établir son territoire d’image….et faire son beurre sonnant et trébuchant.
Tiens, saviez-vous que jamais Générations futures ne cherche de résidus de pesticides bio lors des pseudos études que l’ONG publie? Silence radio sur le cuivre et sur le souffre pourtant largement utilisés en agriculture bio. Ben voyons, on ne va pas se fâcher avec un si généreux sponsor… CQFD.

email
Commentaires
  1. yvesdemars
  2. Zygomar
    • Sylvie
  3. roger