François Veillerette, le parfait apparatchik EELV !

« Si Jean-Vincent Placé et François de Rugy ont été élus sénateur, député ou président de groupe à l’Assemblée nationale c’est parce que le parti leur a donné leurs investitures et donc ils ont été élus dans le cadre d’un accord politique négocié par le parti. Donc tous ces gens-là ne sont pas des électrons libres, donc ils devraient à un moment donné se plier à une forme de discipline de parti. Pour moi c’est essentiel dans le cadre du fonctionnement démocratique d’un parti. Aujourd’hui ces gens-là ne veulent pas se plier au fonctionnement majoritaire, ce qui est quand même le truc le plus démocratique de leur propre parti. Ils ont essayé de faire revenir le parti sur cette décision qui bien sûr ne l’a pas fait puisque ça reste une décision très largement supportée par une grande majorité. Donc ils ont choisi de partir. Donc ils font une erreur parce que ce n’est pas comme ça qu’on fait : si à chaque fois qu’on n’est pas d’accord avec une décision de son parti on quitte le parti, et bien il n’y a pas de possibilité de faire vivre le débat. Et ça, ce n’est pas très adulte. »

Interrogé par des jeunes étudiants (voir ici), François Veillerette a tenu des propos particulièrement virulents à l’encontre de Jean-Vincent Placé et François de Rugy. Pour lui, la discipline du parti est un principe incontestable : « je ne veux voir qu’une seule tête : circulez, il n’y a rien à voir ! » si l’on pouvait résumer la pensée du Vice président du conseil régional de Picardie qui n’hésite pas à prendre la posture du parfait homme politique à qui on ne peut rien reprocher :

Moi si c’est l’autre décision qui avait été prise, je n’aurai pas été content, j’aurai contesté au début ; après, il y aurait eu un vote et j’aurai dis OK et bien tant pis, je me plie à la décision majoritaire dans l’intérêt du parti qui doit à un moment donné prévaloir parce que c’est l’intérêt général, ou sinon on n’est pas dans le parti. Ce que je regrette finalement ce que ce soit une poignée de personnes. Reconnaissons tout de même avec honnêteté qu’il est plus facile de tenir de tels propos lorsqu’on est du côté des vainqueurs 😉

Cette interview nous apprend au passage que François Veillerette sera candidat à sa réélection puisqu’il sera tête de liste dans l’Oise pour Europe Ecologie les Verts aux prochaines élections régionales des 6 et 13 décembre prochains.

Soulignons également que François Veillerette reconnaît « qu’il n’y a pas beaucoup de monde dans les partis politiques, il n’y a pas beaucoup de monde dans les syndicats non plus : on peut dire qu’il y a pas beaucoup de monde en France dans les associations, y compris de défense de l’environnement, par rapport à d’autres pays européens. » Voilà qui a le mérite de poser la question de la représentativité des innombrables ONG, dont Génération Futures qu’il anime en plus de son engagement politique… ou plutôt « partisan » devrait-on dire, vu son affection pour « le parti ».

 

email