Nouveaux doutes sur l’impartialité d’une étude sur les OGM au pays de Poutine

En juin dernier, le Kremlin a déclaré envisager la création d’un comité chargé d’enquêter sur le premier alunissage, une provocation en réponse au rôle des Etats-Unis dans l’éclatement du Fifagate. Il apparaît clairement que le pouvoir russe, dans le bras de fer qui l’oppose aux Etats-Unis depuis le conflit ukrainien, est prêt à tout pour discréditer tout ce qui vient du pays de l’Oncle Sam. C’est le cas notamment des OGM. Dans un billet précédent (voir ici : http://alerte-environnement.fr/2014/11/26/facteur-ogm-nouvelle-offensive-russe-contre-les-ogm/), nous rappelions que les autorités russes ont multiplié ces derniers mois les offensives contre les OGM en réponse aux sanctions économiques occidentales. Or c’est dans ce contexte géopolitique tendu que se met en place en Russie une étude, baptisée Facteur OGM, « sur la toxicité à long terme d’un maïs GM résistant à un herbicide ». Coordonnée par l’association russe anti-OGM National Association for Genetic Safety (NAGS), cette étude est dotée d’un budget de 25 millions de dollars et devait démarrer au printemps 2015 pour durer 2 à 3 ans.

Les doutes qui planent sur l’impartialité de cette étude semblent se confirmer par le pedigree du premier membre du conseil public de Facteur OGM. Il s’agit du banquier d’affaires suisse Pascal Najadi, président fondateur de la société de merchant banking et de conseil stratégique Najadi & Partners Ltd. et membre du conseil de surveillance d’Eurosky Airlines AG. En effet, Pascal Najadi est un grand admirateur de Vladimir Poutine, affirmant pompeusement en 2013 : « Pour moi, il n’y a qu’un candidat évident pour le Prix Nobel de la Paix, le président Vladimir Poutine, le défenseur du monde à la gloire de la Fédération de Russie. » Depuis, le financier suisse a décidé de transférer une partie importante de son activité en Russie. Récemment, il a encore déclaré : « Le président russe Vladimir Poutine est un leader qui dirige, avec une grande force et un dévouement personnel, la Russie (…) dans la bonne direction, vers la prospérité durable à long terme et la paix. » Pascal Najadi ne manque jamais une occasion pour défendre ardemment le Kremlin face aux sanctions occidentales, expliquant notamment que « dans les relations internationales, il y a ce que l’on appelle le principe de réciprocité, qui vaut pour les avantages comme pour les sanctions ».

Dès lors, difficile de ne pas voir dans l’étude Facteur OGM un outil de propagande russe destiné à nuire l’image des Etats-Unis.

Sources
http://www.marianne.net/premiers-pas-homme-lune-russie-va-enqueter-100234797.html
http://factorgmo.com/fr/
http://factorgmo.com/un-banquier-daffaires-suisse-soutient-les-25-millions-de-du-projet-scientifique-du-facteur-ogm/
http://www.tdg.ch/monde/La-liste-noire-de-Moscou-est-une-reponse-mesuree/story/15873863
http://en.prnasia.com/story/112560-0.shtml
http://expert.ru/expert/2013/41/estafeta-bez-palochki/

email
Commentaires
  1. Vincent
  2. VISOR
  3. Laurent Berthod
    • VISOR
      • Laurent Berthod
        • VISOR
  4. Seppi
  5. Alzine
  6. Alzine
    • Seppi