Le bio va-t-il recréer des problèmes sanitaires pourtant maîtrisés jusqu’à présent?

Le site 20minutes.ch nous apprend il y a quelques jours la fermeture d’une piscine « bio » à Schlieren (Canton de Zurich). En cause, le taux anormalement important de bactéries E. coli, en clair de matières fécales. On appréciera la remarque pleine d’évidence d’un élu local : «Dans tous les bains du canton de Zurich, les limites légales doivent être respectées, même dans un établissement dit «bio» lance-t-il dans le «Limmattaler Zeitung.»
Les piscines « bio », c’est à dire sans chlore et dotées de systèmes de purification « naturels » (à l’aide de plantes « purificatrices ») sont déjà difficile à gérer pour des piscines privées. Que dire alors pour des piscines publiques ? A croire que l’on s’évertue à recréer des problèmes sanitaires qui étaient maîtrisés jusqu’à présent…


email
Commentaires
  1. roger
  2. Alzine
    • doryphore
  3. yvesdemars
  4. yvesdemars