Générations Cobayes ou Générations Ecolobusiness ?

 

Dans un billet précédent, nous avions abordé la coexistence de l’écolobusiness avec les activités non lucratives des associations écologistes. Nous allons nous intéresser cette fois-ci à un cas spécifique : Générations Cobayes (GC). Epaulée par le Réseau Environnement Santé et le CRIIGEN, cette organisation, appelée au départ L’Appel de la Jeunesse, a pour vocation d’alarmer les jeunes sur les questions de santé environnementale.

Mais GC est également une vitrine commerciale pour ses partenaires financiers. Par exemple, GC propose de faire ses produits cosmétiques soi-même, de façon « naturelle ». L’association organise alors un concours pour les meilleures « recettes » qui recevront en récompense un produit cosmétique la société bio Léa Nature, laquelle contribue financièrement à GC.

De même, pour améliorer l’efficacité de leur propagande, GC a décidé fin 2013 d’utiliser l’arme fatale du marketing : le sexe. Ils ont donc lancé une campagne sur les « 7 commandements de l’éco-orgasme », animant des conférences « Let’s talk about sex », car ils regrettent « que l’on ne se pose pas trop de questions sur ce que l’on s’étale dans son trou de balle. Quel drame… » Pour répondre à ce « drame », ils ont organisé du 23 janvier au 16 mai 2015, un Tour de France de l’éco-orgasme, avec des réunions dans une quinzaine de villes. Et un peu comme pour le vrai Tour de France, ils sont accompagnés de leurs marques sponsors : Léa Nature, Qwetch (gamme d’accessoires, mugs et thermos), Gobilab (fabricant de bouteilles réutilisables), L’Arbre des Plaisirs (site dans l’univers du sextoy), oOlution (soins cosmétiques), My Boobs Buddy (marque de vêtements).

Enfin, autre exemple, GC a proposé « 10 actions pendant 10 jours pour dire non merci aux perturbateurs endocriniens », dans le cadre de leur campagne « Qu’est-ce tu glandes ? » Parmi ces actions, GC conseille de remplacer les récipients alimentaires en plastique par des bocaux en verre, tout en ajoutant que « si tu as besoin d’investir, des marques comme Qwetch propose des contenants alimentaires design et garantis sans BPA ». Et pour le jour 1, ils proposent de télécharger l’application Notéo, expliquant que « tu pourras scanner les étiquettes de tes produits du quotidien. Une notation fiable, validée par des experts indépendants, te permettra de voir s’ils sont bons pour ta santé, la planète, les travailleurs mais aussi ton porte-monnaie ». Or comme nous l’avions déjà expliqué (voir ici), d’un côté l’association Notéo sans buts lucratifs ciblait les produits, et sa filiale commerciale, la société Notéo Solutions, proposait de vendre aux industriels des services « pour permettre d’échapper aux feux rouges ou oranges de l’appli conçue par l’Institut Noteo ». Certes, le succès n’est peut-être pas au rendez-vous puisque la société Notéo Solutions est en cours de liquidation. Mais si les entreprises ciblées par Notéo souhaitent reverdir leur blason, elles pourront toujours s’adresser à Générations Cobayes puisqu’au sein de leur équipe se trouvent plusieurs « experts » de la communication verte : Timothée Elkihel, coprésident de GC, est consultant sénior chez GREENFLEX ; Damien Hensens, délégué général de GC, est chef de projet à l’Agence LIMITE – Communication responsable ; Marina Parisot, chargée de communication à GC, est consultante en communication responsable à WABI+WABI. Ah, le monde associatif écologiste est quand même bien fait !

Sources

email
Commentaires
  1. aatea
  2. Karg se
  3. roger
  4. Alzine
    • Laurent Berthod
      • Laurent Berthod
    • karg se
    • karg se
      • Wackes Seppi
  5. Laurent Berthod
    • roger
      • Alzine
    • Alzine
  6. aatea
    • roger
      • AGRAU
  7. AGRAU
    • roger
      • Laurent Berthod
      • Wackes Seppi
  8. Alzine
    • Laurent Berthod
      • Alzine
  9. Wackes Seppi
  10. Wackes Seppi
    • Laurent Berthod
      • Zygomar