Le mythe de l’agriculture dite industrielle

Pendant toute la durée du Salon de l’agriculture,  la campagne de la Confédération Paysanne contre « l’agriculture industrielle » ou les « fermes usines » a été largement reprise et commentée. Comme personne ne sait de quoi on parle, on aboutit forcément à ce type de « dialogue » que nous avons eu sur Canal entre un journaliste bobo imbibé de bons sentiments écolos et Stéphane Le Foll, un peu plus réaliste sur la question.

Depuis quelques jours, la grande question est donc : à partir de quand une exploitation devient une ferme-usine ? Aurelie Trouvé, ex vice-présidente d’Attac (ONG altermondialiste) mais aussi fonctionnaire, en donne une définition dans un article de Bastamag (site de propagande altermondialiste) : « Aujourd’hui, la plupart des exploitations en France sont familiales, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de salariés. A partir du moment où il y a plus de travail salarié que de travail familial, on commence à se diriger vers ce modèle de ferme-usine. » A partir de cet énoncé ce n’est pas quelques fermes que la Confédération paysanne doit épingler sur sa carte, mais quelques milliers !
Et Aurélie Trouvé de poursuivre :  « L’étape suivante, c’est l’apport de capitaux extérieurs au monde agricole : on passe alors d’une exploitation familiale patronale avec des salariés, à une exploitation détenue par des financiers. »
La seule question qui vaille sur de telles définitions, c’est à partir de quand un fonctionnaire doit être « démissionné ».

Et nous n’avons rien contre les fonctionnaires !

email
Commentaires
  1. roger
    • ronron
      • roger
        • Laurent Berthod
        • Daniel
    • Wackes Seppi
  2. douar
    • roger
    • Wackes Seppi
    • Laurent Berthod
    • Daniel
  3. doryphore
  4. VISOR
    • Laurent Berthod
    • Daniel
    • Vincent