La communication outrancière de Générations Futures tromperait-elle les salariés agricoles ?

Souvenez-vous, il y a deux ans, Générations Futures lançait ses enquêtes « APACHE » (pour Analyse de Pesticides Agricoles dans les CHEveux), reprises à grand renfort de médiatisation. « Opération de com, anxiogène et sans fondement scientifique », c’est ainsi qu’elles étaient qualifiées, avec pertinence, par le site ForumPhyto. Et voilà que la première de ces enquêtes ressort…dans un conflit salarial.  X, ancien salarié agricole du Château Clarke, demande début janvier à son ancien employeur « la communication de la fiche de prévention des expositions » liée à sa collaboration au sein de l’entreprise. Dans le courrier dudit salarié, celui-ci fait visiblement référence ou du moins allusion à l’enquête « APACHE », à laquelle il a participé : des résidus de plus de 10 pesticides auraient été trouvés sur ses cheveux. Évidemment, il fait le lien avec son ancienne profession.
Son employeur lui envoie cette fiche de prévention des expositions début février, accompagnée d’un courrier rappelant l’ensemble des procédures de protection des salariés par rapport au risque « phytos ». Réaction outrée du site infomedocpesticides.fr. Comment le château Clarke peut-il contester une enquête scientifique ? On voit là tout le problème de ces « enquêtes ». S’agit-il vraiment d’enquêtes scientifiques puisque Générations Futures reconnait elle-même que « Les résultats contenus dans ce dossier n’ont pas de valeur  statistique  significative ».   Sauf que le mal est fait : les salariés les mettent dans la balance dans un conflit salarial voire même dans une processus de reconnaissance de maladie professionnelle.

email
Commentaires
  1. roger
  2. JG2433