Démoustication : les collectivités lancent une alerte

Alors que onze produits étaient homologués pour la lutte anti-moustiques dans les années 2000, il n’y en a plus que 2 aujourd’hui, déplorent les collectivités locales du sud-est« Après la directive européenne « biocide », le secteur industriel n’a soutenu quasiment aucune substance active ancienne ni nouvelle ».
Cette alarme des collectivités locales, toutes situées en bordure de la méditerranée, est en lien avec une inquiétude grandissante sur le développement possible des  moustiques vecteurs de maladies humaines (dengue, chikungunya, etc.), situation que connait actuellement la  Polynésie française. Même si les cas de chikungunya sont en nette décroissance, son impact sanitaire reste sévère . On n’ose pas imaginer les délires médiatiques et politiques si la métropole devait connaitre une situation similaire ! Hélas,  notre presse métropolitaine préfère reprendre les argumentations des anti-ogm contre l’expérimentation lancée en Floride avec l’utilisation de moustique génétiquement modifié.
La frilosité des industriels est mise en cause par les collectivités. Le problème pour les industriels pour s’engager dans un dossier d’homologation est-il vraiment  qu’économique ?  Certes, le budget d’homologation est conséquent mais surtout l’industriel évalue par avance  les probabilités d’une homologation respectant   les contraintes  réglementaires (impacts environnementaux, …) Bref, pas la peine de se lancer dans un projet d’homologation alors que le résultat est connu d’avance. Un bon exemple qui pose clairement la question de l’évaluation bénéfice risque.

email
Commentaires
  1. Alzine
  2. Alzine
    • roger
  3. JG2433