Bonne nouvelle : la maladie d’Alzheimer en baisse chez les agriculteurs

Jean-Francois Dartigues, neurologue (Inserm-Université de Bordeaux), vient de dévoiler les résultats d’une nouvelle étude qui a consisté à analyser l’évolution de la prévalence des démences en comparant deux échantillons d’agriculteurs suivis dans le cadre de deux études épidémiologiques, l’une menée depuis 1988 et l’autre mise en place en 2008. Conclusion : en 20 ans, la maladie d’Alzheimer a baissé de 38 % chez les agriculteurs !

Imaginez cependant si le résultat avait été l’inverse. François Veillerette et Générations Futures seraient en train de gigoter dans les médias pour crier haut et fort que c’est la faute aux pesticides. En effet, depuis des années, ils considèrent que l’exposition à des pesticides est liée à un risque plus grand de développer la maladie d’Alzheimer. Maintenant, avec cette bonne nouvelle, François Veillerette et Générations Futures vont-ils sortir un communiqué rassurant sur les liens entre pesticides et Alzheimer ? Evidemment, ce n’est pas le genre de la maison, plutôt habituée aux discours alarmistes.

Pourtant, ils seraient bien inspirés de le faire. En effet, concernant les liens supposés entre l’usage des produits phytosanitaires et la survenue de la maladie d’Alzheimer, Jean-Francois Dartigues est catégorique : « En l’état actuel de nos travaux, rien ne nous permet d’étayer cette hypothèse. » Tout d’abord, comme le précise le neurologue, il s’agit d’une tendance générale que l’on trouve également dans d’autres pays : « Des résultats semblables ont été obtenus lors d’une étude menée sur la population générale de Rotterdam (…) Idem en Grande-Bretagne sur plusieurs sites (Lancet 2013), en Suède et aux États-Unis. Notre étude confirme donc ces résultats internationaux et montre que, chez les agriculteurs, la baisse est de plus grande ampleur encore. » Ensuite, il explique un des facteurs clefs en jeu : « Pour comprendre les causes de cette baisse, nous nous sommes intéressés à plusieurs facteurs, à commencer par le niveau d’étude. Celui des agriculteurs de la cohorte de 2008 est significativement supérieur à celui de leurs homologues de 1988. Une différence qui se traduit par davantage d’activités intellectuelles. Or on sait que plus la personne est active intellectuellement, moins elle a de risques de développer un grave trouble cognitif. » Eh oui, contrairement à ce que croient Veillerette et Générations Futures, il existe d’autres facteurs que les pesticides pour étudier la santé publique.

Source
http://www.la-croix.com/Ethique/Medecine/Pourquoi-la-maladie-d-Alzheimer-baisse-t-elle-chez-les-agriculteurs-2015-02-10-1279039

email
Commentaires
  1. Roger
    • Laurent Berthod
      • rageous
        • VISOR
  2. Laurent Berthod
  3. thomscotch
    • loup garou
      • Wackes Seppi