Libre d’être Charlie

Nous n’avons pas écrit de billet sur les événements tragiques de la semaine dernière. Nous n’avons pas non plus affiché le slogan « #JeSuisCharlie » sur le site. Scotchés, sidérés, touchés comme des millions de Français, nous avons tout simplement gardé le silence et bloqué nos publications.

Nous étions présents parmi les millions de Français dans les cortèges à Paris ou en province. Bref, nous n’avons eu qu’une attitude banale, très largement partagée en France et dans le monde entier : se mobiliser tout simplement contre la haine et pour la liberté pour chacun de s’exprimer de revendiquer des idées, des valeurs. Car cette liberté n’est pas négociable. Elle est même le socle de notre société.
Nous avons eu une pensée sincère pour Fabrice Nicolino. Car, comme de nombreux acteurs de l’agriculture française, nous lisons régulièrement son site, « Planète sans visa ». Nous l’avons reconnu sur des images de l’évacuation des blessés peu après l’attentat du 7 janvier. Et nous avons été soulagé d’avoir de ses nouvelles via le site Reporterre et de lire sa chronique dans l’édition de Charlie Hebdo publiée hier.
Bien sûr, avant comme après le 7 janvier et le sang qu’il a fait coulé, avant comme après le 11 janvier et l’élan de solidarité qui s’est exprimé, nous aurons toujours des divergences de fond avec Fabrice Nicolino et avec la ligne éditoriale de Charlie Hebdo. C’est aussi cela la liberté d’expression et la liberté d’opinion. Heureusement ! Oui, demain comme hier, nous continuerons de dénoncer le lobbying écolo et ses dérives, les attaques contre l’agriculture que nous considérons bien souvent comme injuste, le robinet d’eau tiède du « développement durable », les illusions de la croissance verte et les dangers de la décroissance.
Alors, nous souhaitons simplement faire part de notre stupéfaction en lisant le point de vue de Laure Nouhalat qui considère que les dirigeants de la FNSEA n’ont pas le droit de dire #JeSuisCharlie. Car comment peut-on envisager d’exclure de ce mouvement spontané ceux qui ne renoncent pas à leur liberté et assument de ne pas se reconnaître dans la ligne éditoriale de Charlie Hebdo et dans le point de vue de ses chroniqueurs. N’en déplaise à Laure Nouhalat, c’est le cas de la FNSEA. C’est aussi le notre, ce qui ne nous empêche pas de tacler « la vieille dame de l’agriculture » lorsque nous l’estimons nécessaire.  La réaction de Laure Nouhalat est révélatrice d’un état d’esprit « totalitaire » sous couvert d’ouverture aux autres. Pour elle,  être Charlie, c’est se reconnaître dans la démarche de Charlie Hebdo, dans ses valeurs, et bien évidemment être contre les OGM, contre les phytosanitaires, pour Sivens, contre l’agro-alimentaire etc… Dommage.

Allez Bridget Kyoto, on vous embrasse (Wolinski n’aurait pas pu s’empêcher).

email
Commentaires
  1. Rep la vor
    • roger
    • EBER
  2. Listo
  3. Penicillium roqueforti
  4. Wackes Seppi
  5. Listo
  6. Alzine
    • roger
  7. JG2433
  8. Meria Hygson
    • Penicillium roqueforti
      • roger
        • Penicillium roqueforti
    • GV
      • yan
        • FabLab
      • Penicillium roqueforti
        • FabLab
          • Rep la vor
          • FabLab
    • roger
  9. Vincent
    • JG2433
      • Wackes Seppi
        • JG2433
          • roger
          • rageous
          • rageous
          • roger
  10. Manon Troppo
  11. Mops86
    • JG2433
      • Zygomar
        • tiriez
    • Karg se