Interdiction du Bisphénol A : les priorités politiques avant les priorités scientifiques

C’est la grande nouvelle dans la sphère écolo, le Bisphénol A (BPA), composant de nombreux contenants alimentaires est interdit depuis le 1er janvier. Accusé d’être un perturbateur endocrinien, la molécule était devenue la marotte des mouvements environnementalistes. Sauf que, pour certains scientifiques, l’interdiction du Bisphénol A n’était pas la priorité. Selon le Figaro, le Pr Jean-François Narbonne, toxicologue expert auprès de l’Anses, rappelle ainsi que le risque toxicologique du bisphénol A avait été jugé en 2007 bien inférieur à celui des phtalates par l’agence, et pourtant c’est bien au BPA que la priorité a été donnée. […] « Cette décision est entièrement politique, elle ne repose sur aucun argument sanitaire. Les législateurs ont confondu le danger du BPA – qui est incontestablement un perturbateur endocrinien – et le risque pour la population dans les conditions de vie que nous connaissons. Or ce dernier n’a pas été révélé par les études épidémiologiques », poursuit-il, déplorant que la décision ait été prise de façon précipitée et sans qu’on ait pris le temps de passer en revue les substituts disponibles, leur innocuité et le coût des opérations de remplacement pour les industriels.

email
Commentaires
  1. roger
    • rageous
  2. Wackes Seppi
  3. Alzine
    • JG2433
    • roger
      • alzine
        • roger
          • JG2433
  4. JG2433
  5. Zygomar
  6. Alzine
  7. Zygomar
  8. Zygomar