Pesticides : flagrant délit de prise d’otage de l’opinion

Curieuse dépêche AFP (Agence France Presse) que celle signée Emmanuelle Michel à l’occasion du colloque organisé par l’ANSES et l’EFSA sur les expositions professionnelles aux pesticides qui s’est tenu les 28 et 29 octobre au siège de l’ANSES à Maison Alfort.
A lire le titre de la dépêche, « Pesticides : les agriculteurs risquent des cancers différents selon leur activité », il est clair que :

  1. le lien entre pesticides et cancer est établit
  2. les agriculteurs, utilisateurs de pesticides, sont une population à risque (donc plus exposés que la moyenne) et que ce risque élevé l’est encore plus dans certaines activités agricoles.

Voici donc comment 20 Minutes résume la dépêche avec ce chapeau : « Etude : Les risques de cancers des agriculteurs varient en fonction du secteur dans lequel ils exercent, ce qui pourrait être lié aux pesticides… »
Même processus du côté de L’Obs (ex Nouvel Observateur) avec ce titre : « Pesticides : éleveurs, fruitiers, légumiers… à chacun son cancer ? » et ce chapeau terrifiant « Selon une étude, le risque de cancer du poumon est deux fois plus élevé chez les légumiers. Le cancer de la prostate menace davantage les producteurs de bovin. »

Voilà donc le traitement médiatique de l’intervention de Pierre Lebailly, coordinateur du programme AGRICAN (AGRIculture et CANcer) et enseignant chercheur à l’Université de Caen largement tripatouillé et manipulé. Voilà donc les titres et les chapeaux qui resteront dans l’opinion comme les traces de ce colloque sur l’exposition des professionnels de l’agriculture aux pesticides.

Certes, la dépêche AFP (et donc les reprises dans les sites internet de 20 Minutes et de L’Obs) se termine par une brève évocation des premiers résultats du programme AGRICAN qui « montraient toutefois que les agriculteurs avaient une plus grande espérance de vie que la population générale. » En réalité, les premiers résultats vont plus loin et montre que les populations agricoles, donc les utilisateurs de pesticides et ceux qui y sont indirectement exposés, sont moins victimes de cancers que le reste de la population française. Évidemment, dans un contexte politique, militant (ONG) et médiatique qui ne cesse de mettre l’agriculture et les pesticides sur le banc des accusés, ces résultats sont inacceptables. Il faut donc les triturer dans tous les sens pour obtenir un titre choc.

Une journaliste présente dans la salle au cours du colloque a ainsi interpelé le chercheur Pierre Lebailly en lui demandant de détailler le budget d’AGRICAN qu’il venait pourtant de présenter brièvement. Elle souhaitait notamment savoir quelle était la part du financement de l’UIPP (le syndicat des fabricants de pesticides) dans le budget global du programme de recherche. Présentant sa propre question comme « la question qui fâche », elle sous-entendait qu’il y avait des choses à cacher et que le simple fait que l’UIPP soit un des co-financeurs (aux côtés de l’ANSES, de la MSA, de la Fondation de France et de la Ligue Nationale Contre le Cancer) pouvait expliquer ces résultats inacceptables car ne concluant pas à la responsabilité des pesticides dans le développement du nombre de cancer. En effet, les agriculteurs sont les premiers utilisateurs et personnes exposées aux pesticides. Donc si les pesticides provoquent des cancers, il serait logique que la population agricole soit plus exposée que la moyenne. Mais il n’en est rien.

Notons la finesse de la réponse de Pierre Lebailly qui a rejeté d’un revers de main le qualificatif de la question en expliquant qu’elle ne fâche pas du tout puisque l’ensemble du financement est transparent. Il s’est même permis de dire tout haut qu’il ne voyait pas l’intérêt de demander à cette journaliste la part de fond privé au capital du media pour lequel elle travaille puisque c’est une évidence que cela ne peut en aucun cas avoir une quelconque incidence sur la ligne éditoriale et le contenu des articles de la journaliste en question. Il lui a donc suggéré qu’elle fasse preuve de la même bienveillance à son égard et à celui du travail de l’ensemble de l’équipe du programme AGRICAN. Vu les réactions dans la salle, on peut dire que Pierre Lebailly a fait mouche. Tant mieux.

Mais le traitement médiatique de l’étude Agrican relève de la prise d’otage d’opinion publique !

email
Commentaires
  1. Laurent Berthod
  2. VISOR
    • Astre Noir
      • Zygomar
  3. Alzine
  4. Astre Noir
  5. Piou-Piou
    • Wackes Seppi
      • JG2433
      • Laurent Berthod
      • roger
    • Olive
    • roger
      • Olive
    • ME51
      • Laurent Berthod
        • ME51
    • yann
      • Laurent Berthod
  6. Astre Noir
  7. Alzine
  8. Alzine
  9. loup garou