Perturbateurs endocriniens : l’empreinte de Greenpeace ?

Conseillée donc par sa responsable communication et stratégie – (Adélaïde Colin, 6 ans chez Greenpeace s’il vous plait), Ségolène Royal, veut laver plus vert que les Verts. Sur la question des perturbateurs endocriniens, le Ministère marche sur la tête ! Les experts scientifiques cherchent, eux, au niveau européen à tomber d’accord sur une définition des perturbateurs endocriniens. Mais Ségolène Royal veut aller plus vite. Allez zou, au diable les définitions, passons à l’action. Il faut réduire « l’exposition de la population et de l’environnement aux perturbateurs endocriniens ». C’est ce qu’a annoncé en substance Madame le Ministre de l’écologie lors du Conseil national pour la transition écologique (CNTE) le 29 avril dernier.

Exigeons plutôt un retour de la raison sur un dossier qui mérite mieux que des décisions prises à la serpe. Les filières ne peuvent subir des décisions politiques précipitées. Elles ne peuvent économiquement le supporter !

email
Commentaires
  1. Wackes Seppi
  2. Zygomar
  3. Paviot
    • roger