Assemblée nationale : le lobby vert en action. Que fait le déontologue ?

Depuis quelques années, des règles strictes ont été édictées concernant la présence des lobbies à l’Assemblée nationale. Un déontologue de l’assemblée a même été nommé pour y veiller. Mais il semble que  ces règles ne s’appliquent que dans un sens. Le colloque « Pesticides : Santé et Biodiversité » organisé le 30  janvier prochain à l’initiative des députés Sophie Errante, Gérard Bapt, Jean-Louis Roumegas en est malheureusement l’exemple type. Rien à redire sur les scientifiques intervenants, appartenant à l’InVS, l’Inserm, l’Anses, etc. En revanche, il y a de quoi s’interroger sur les associations présentes pour les « témoignages » (Générations Futures, Phyto victimes, Fédération nationale d’agriculture biologique, UNAF, etc.), sur les thématiques des tables rondes, toutes dans le sens d’une dénonciation des phytos. Toutes ces ONG – sans exception- mènent un combat écologiste. Les grands absents de ce colloque : le monde agricole et des industries. On est loin du rapport 2013 du déontologue de l’Assemblée qui demande que les députés « puissent bénéficier d’une information objective et pluraliste ou, à défaut, qu’ils puissent clairement identifier de qui provient l’information qui leur est délivrée et ce d’autant plus que le colloque est organisé dans l’enceinte de l’Assemblée nationale. *


Information pluraliste ? Ha bon ?!!

*Extrait rapport public annuel de la déontoloque de l’Assemblée nationale (p. 127) :

Enfin, les représentants d’intérêts, et notamment ceux qui organisent des colloques ou qui y interviennent, à destination des députés, ne peuvent pas délivrer d’information comportant des éléments « volontairement inexacts destinés à induire les députés en erreur », sur le fondement du paragraphe 8 du code précité. Corrélativement, les organisateurs doivent veiller à ce que les députés soient en mesure de respecter l’article 2 du code de déontologie, relatif à l’indépendance des parlementaires vis-à-vis de toute personne, morale ou physique. Cette indépendance suppose qu’ils puissent bénéficier d’une information objective et pluraliste ou, à défaut, qu’ils puissent clairement identifier de qui provient l’information qui leur est délivrée et ce d’autant plus que le colloque est organisé dans l’enceinte de l’Assemblée nationale.

email
Commentaires
  1. roger
  2. JG2433
    • roger
      • daniel
        • JG2433
          • daniel
          • JG2433
        • Laurent Berthod
  3. daniel
    • JG2433
  4. Frédéric
    • JG2433
    • roger
  5. alzine
    • roger
      • Zygomar
        • roger