Réplique cinglante de Food and Chemical Toxicology à Séralini

La revue Food and Chemical Toxicology (FCT) a répondu de façon cinglante à Gilles-Eric Séralini suite au retrait de son fameux article sur l’OGM NK603.

Tout d’abord, le CRIIGEN avait affirmé que les critiques de son article « ont été promues par la société Monsanto dans la presse, alors qu’un de ses dirigeants Richard Goodman [en fait il ne travaille plus pour Monsanto depuis une dizaine d’années, Ndlr] a pénétré au bureau de FCT au poste chargé de l’édition des recherches sur les biotechnologies, après parution de notre étude ». Or FCT explique que pendant le processus de révision des données brutes de l’étude, « Dr. Séralini a fait une demande directe que le professeur Goodman soit exclu (de cette révision), et nous, à FCT, avons rapidement et volontiers donné notre accord ». Bref, quand Séralini et Cie ont développé leur théorie du complot à propos du professeur Goodman, ils savaient déjà que celui-ci n’avait joué aucun rôle dans le retrait de l’article.

Ensuite, le CRIIGEN avait prétendu que « ce retrait ne serait pas autorisé par les normes éthiques internationales auxquelles adhère la revue (nommées COPE), puisqu’il y a ni erreur ni fraude ». Or FCT explique que, selon les normes COPE, « les éditeurs de journaux devraient envisager le retrait d’un article si (…) ils ont la preuve claire que les découvertes ne sont pas fiables, soit en raison d’une faute (par exemple la fabrication de données) ou l’erreur honnête (par exemple l’erreur de calcul ou l’erreur expérimentale) ». Et la revue précise pour l’étude de Séralini : « Les données ne permettent pas de conclure, et donc l’affirmation (c’est-à-dire les conclusions) selon laquelle le maïs Roudup Ready NK603 et/ou l’herbicide Roundup a un lien avec le cancer n’est pas fiable. »

Enfin, le CRIIGEN avait demandé le retrait d’une étude de Monsanto publiée en 2004 car « la courte étude de Monsanto publiée dans la même revue pour prouver l’innocuité de leur produit comporte erreurs ou fraudes, et ne fait pas l’objet d’une controverse ». Or FCT explique en détail que cette étude – contrairement à celle de Séralini et al. – a été conforme aux lignes directrices de l’OCDE. C’est bien soit 20 rats pendant 90 jours, soit 50 rats pendant 2 ans, mais en aucun cas 20 rats pendant 2 ans ; une erreur qu’un simple étudiant en toxicologie aurait à coup sûr évité…

Sources
http://www.elsevier.com/about/press-releases/research-and-journals/food-and-chemical-toxicology-editor-in-chief,-a.-wallace-hayes,-publishes-response-to-letters-to-the-editors
http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL5N0JE36O20131129

email
Commentaires
  1. JG2433
  2. Laurent Berthod
  3. roger
    • JG2433
  4. Wackes Seppi
    • bob
      • Zygomar
    • Olivier
      • Wackes Seppi
        • Laurent Berthod
          • roger
        • Olivier
  5. Zygomar
    • Zygomar