Quand un viticulteur met en danger toute la profession

C’est une actu qui fait la une depuis quelques jours des média écolo…et de twitter. « Un viticulteur refuse de traiter avec des pesticides : il encourt 30 000 euros d’amende et 6 mois de prison.. » Et les écolos comme François Veillerette de prendre en pitié ce viticulteur, victime des « méthodes de l’agriculture conventionnelle ». Sauf que l’insecte contre lequel il faut lutter, la cicadelle (Scaphoideus titanus), est un agent vecteur de la flavescence dorée, maladie elle-même très contagieuse et surtout mortelle pour les pieds de vignes. Il n’y a donc pas d’autres solutions que de traiter, ne serait-ce que pour protéger les parcelles des voisins.

Dans le cas présent l’agriculteur bio considère qu’il n’est pas concerné par la mesure préventive et met donc en danger toute une filière! Il n’est qu’un représentant parmi d’autre d’un mouvement en plein  développement de « résistance » aux mesures collectives de protection contre des risque sanitaires.

email
Commentaires
  1. bob
    • Wackes Seppi
      • Laurent Berthod
  2. Karg se
  3. roger
  4. Daniel