Le double-discours des verts

Suite à la démission express de Delphine Batho, tous les responsables EELV sont montés au créneau pour la défendre. Faut-il rappeler que la semaine d’avant, les parlementaires verts n’y allaient pas avec le dos de la cuillère sur l’incompétence de la ministre ? Des ONG mettaient aussi en cause sa capacité à s’opposer aux lobbys.
La réalité est certainement plus complexe. En filigrane sur le débat du budget du ministère de l’écologie, il y a les réductions de budget que souhaite imposer Bercy aux agences et organismes dépendant des ministères. Dans le secteur de l’écologie, des barons défendent leur pré carré budgétaire et aussi leurs indépendance « politique » avec bien entendu le soutien des verts et des ONG. Hier soir, la réunion au ministère du logement de Cécile Duflot, Pascal Canfin et de l’état-major EELV avait un petit air de IVème république où les partis croupions montraient leurs muscles, avant de provoquer la chute des gouvernement. A la sortie le réalisme de la 5ème a modéré les ardeurs. Mais il ne fait mystère pour personne que les verts organisent leur départ du gouvernement et cherche le meilleur moment pour préparer les municipales mais surtout les élections européennes.
Enfin, nous avons un nouveau ministre de l’environnement, Philippe Martin, bien connu des agriculteurs du Gers. Faut-il rappeler ses déclarations tonitruantes contre les OGM, en faveur du bio et du local, mais surtout son opposition farouche au développement de la filière avicole dans son département? Il a sciemment organisé l’opposition au projet porté par des coopératives et des agriculteurs. Et ça plait aux verts : de la parole, du média, de la peur. Et dans quelques jours, Delphine Batho sera déja passée aux oubliettes de l’histoire.

email
Commentaires
    • Zygomar
      • CTX
        • Zygomar
          • CTX
    • rageous
      • rageous
        • CTX
          • rageous
          • CTX
          • rageous
          • CTX
  1. CTX