Les drôles de pratiques du WWF France

Le magazine Valeurs Vertes, loin d’être un pourfendeur de la cause écologiste,  a pourtant le mérite de ne pas se restreindre dans ses enquêtes même si celles-ci touchent le cœur du lobby écolo, en l’occurrence dans le dernier numéro, WWF France. Dans un article fouillé du dernier numéro de la revue, on apprend que le WWF a fait couper l’électricité du Domaine de Longchamp (Paris 16), siège de l‘association Escapade Liberté Mobilité. Explications.

-1er épisode en 2004 : la mairie de Paris accorde au WWF une concession de 39 ans pour occuper le site du Domaine de Longchamp, jusque-là abandonné,  à la condition de rénover le château et d’héberger des associations en liens avec l’environnement. WWF promet de faire du domaine un « pôle exemplaire du développement durable » et de faire un effort particulier sur l’accueil des handicapés d’où la présence de l’association Escapade Liberté Mobilité (ELM). Au passage, on prend connaissance des conditions ultra-préférentielles auxquelles le WWF occupe ce site : 833 euros ( !) par mois à payer à la mairie de Paris, pour 2000m2 de bâtiments.
Qu’en est –il aujourd’hui ? La seule rampe d’accès aux handicapés est condamnée et la proposition de l’association Escapade Liberté Mobilité de faire découvrir en partenariat avec WWF la biodiversité du domaine est restée lettre morte.  Pire, d’après les témoignages de l’action,  le château servirait essentiellement à l’organisation de nombreuses fêtes (il reste encore la boule à facettes…).

-2ème épisode : on en vient à cette fameuse coupure d’électricité pour l’association ELM, sans préavis, et sous prétexte de non-conformité de l’installation. Il faut dire que les travaux de rénovation du château devaient débuter en 2004 et ont sans cesse été repoussés jusqu’à maintenant.

-3e épisode : une lettre de Serge Orru en février 2012 signifiant carrément à l’association ELM son départ. Seuls restent sur le site  le WWF et la Fondation Goodplanet de Yann-Arthus Bertrand. Depuis, l’association ELM fait de la résistance (dans le froid) et compte sur une décision favorable de la mairie de Paris.

Histoire aberrante mais qui est finalement à rapprocher des difficultés internes de WWF que nous avons déjà évoquées ici : la course aux partenariats financiers et au business sous couvert de protection de l’environnement.

email
Commentaires
  1. daniel
  2. CTX
  3. alzine
  4. Henri