«On a de vrais problèmes liés aux résidus médicamenteux »

Surprise dans libération ce matin, un article  de Thibaud Metais tranche avec l’opinion largement répandue que nos eaux potables sont largement « contaminés » par  les pesticides et les nitrates.  Le journal de l’environnement nous avait d’ailleurs fait une présentation alarmiste de l’enquête menée par 60 millions de consommateurs et de France Libertés sur ce sujet. Thibaud Metais a le mérite de ne pas reprendre la « com’ » de ces associations et d’explorer des pistes dont nous avons déjà largement parlées : les résidus médicamenteux dans les eau potables. Intérrogé, Rémi Barbier, responsable de l’unité «Gestion territoriale de l’eau et de l’environnement» à l’ENGEES (Ecole nationale du génie de l’eau et de l’environnement de Strasbourg) déclare  « Aujourd’hui, si on arrive à plutôt bien traiter les nitrates ou les pesticides, on découvre de vrais problèmes liés aux résidus médicamenteux par exemple ». Evidemment, il ne va pas jusqu’à accuser la pilule…mais on n’en est pas loin. (Et un nouveau scandale concernant ce produit ne serait peut-être pas le bienvenu maintenant)
Concernant ensuite la géographie de la qualité des eaux potables, le ton est également mesuré :
« Cette carte (dressée par 60 millions de consommateurs et de France Libertés ; ndlr)  annonce une bonne nouvelle puisque très peu de départements sont sous dérogation. Trois sont tout de même dans le rouge : Seine-et-Marne avec plus de trente dérogations, et Val-d’Oise et Orne, entre 15 et 30 chacun. Mais, si on enlève ces trois départements, moins de 1% des communes françaises seulement ont demandé une dérogation.»
Libération serait-il en train de changer d’avis sur les phytos ?

email
Commentaires
  1. Zygomar
  2. regis
  3. Alzine
  4. Alzine
  5. Bernadine Skinner
  6. JG2433
  7. Jewell F. Tillman