Cruiser interdit, Fipronil réhabilité : morale de l’histoire

Le Ministre de l’agriculture a donc décidé de suspendre l’insecticide Cruiser appartenant à l’entreprise Syngenta. Hasard du calendrier, BASF annonçait aujourd’hui même la réhabilitation de son insecticide Fipronil retiré du marché en 2004. La Cour de Cassation a en effet décidé d’un non lieu pour le Fipronil dans l’affaire des surmortalités d’abeilles.

Comme nous l’avions déjà mentionné, la décision d’interdire le Cruiser ne repose sur aucun argument scientifique. Dans des circonvolutions de langage, l’ANSES avait même exprimé son malaise face à l’annonce de Stéphane Le Foll.

L’interdiction du Cruiser est un très mauvais signal.

Du côté des agriculteurs.

On les prive d’une innovation technique efficace et respectueuse de l’environnement et on créé des distorsions de concurrence vis-à-vis des pays concurrents. Comme le Fipronil il y a 8 ans…

Du côté des industriels.

Ceux-ci ont besoin de temps pour lancer des projets. Ils ont besoin de visibilité. Suspendre un produit, sans preuve, alors qu’il a eu son homologation en 2009 seulement, c’est décourager l’investissement, c’est décourager les industriels. A la situation économique difficile, le gouvernement ajoute une instabilité politique insupportable pour ces mêmes entreprises. Syngenta qui avait déjà émis des doutes sur le développement de son activité de recherche en France risque de se détourner définitivement de notre pays.

Du côté du gouvernement.

Cette décision est un paradoxe. La crise actuelle sans précédent que nous vivons devrait l’amener à redoubler de prudence vis-à-vis des entreprises – sources de la croissance et de l’emploi – et ne pas les accuser à la légère. Elle montre que le gouvernement n’hésitera pas à prendre des décision démagogues et idéologues. Avis aux amateurs.

Du côté des média.

Ceux-ci devraient aujourd’hui faire écho de l’innocence du Fipronil à la hauteur de leur déchainement médiatique de 2004. A l’époque, BASF Agro avait subi les foudres des journalistes, des hommes politiques. Son président avait même été trainé en justice et dans la boue médiatique. Les médias devraient se faire l’écho de cette innocence. Ils devraient…

Du côté de Syngenta.

Le groupe suisse peut maintenant méditer sur l’exemple de BASF qui n’a jamais laché le morceau avec l’insecticide Fipronil et s’est battu contre vents et marées pour réhabiliter sa molécule. C’est chose faite aujourd’hui. Souhaitons à Syngenta la même gnack ! Le monde agricole en a besoin. Après des années de bataille, le Fipronil a donc été innocenté par la Cour de Cassation le 30 mai 2012. Le communiqué de presse de BASF agro cite la Cour d’Appel de Toulouse : « Aucune preuve scientifique démontrant une quelconque nuisibilité pour la santé de l’homme ou celle des animaux, dans le cadre d’un usage correct de la molécule, n’a été apportée ».

Exactement comme le Cruiser aujourd’hui…

« La charge de la preuve revient à celui qui accuse ». A méditer Monsieur le Ministre !

 

email
Commentaires
  1. l'autre pierre
  2. ecolo en colère
  3. remdumdum
  4. Alzine
    • Daniel
      • aatea
  5. Wackes Seppi
  6. La Coupe Est Pleine
    • Wackes Seppi
      • Laurent Berthod
        • Laurent Berthod
          • La Coupe Est Pleine
  7. Alzine
  8. Alzine
    • Laurent Berthod