L’écologie, les bobos et les pauvres

« L’écologie n’est pas un luxe pour bobos ». Si Nicole Bricq, nouvelle ministre de l’écologie, prend la peine de réaffirmer que  l’écologie n’est pas réservé à une minorité, c’est au moins qu’il y a un doute sur la question.
« Il est hors de question que la transition écologique se fasse sur le dos des pauvres et des modestes ». « Pour chaque mesure, il faut vérifier l’acceptabilité sociale. », nous annonce-t-elle. En clair, prendre justement garde à ce que chaque décision ne profite pas à quelques milliers de bobos de la capitale.

Sauf que Nicole Bricq va réunir de nouveau les « acteurs » du Grenelle de l’environnement. En clair, quelques dizaines d’associations écologistes qui ne représentent qu’elles-mêmes.
Sauf que le gouvernement auquel appartient Nicole Bricq vient coup sur coup d’interdire le cruiser et de réitérer son opposition au MON 810, tout cela pour satisfaire les même associations et au détriment de dizaines de milliers d’agriculteurs. Pendant ce temps, au Sahel, 3 millions d’enfants de moins de 5 ans sont menacés de malnutrition (voir ici ). Et ce n’est pas le bio qui va les nourrir…
Sauf que la ministre s’apprête à fermer la centrale de Fessenheim et mettre plusieurs milliers de salariés à la porte, tout cela pour satisfaire les militants EELV.

Et les pauvres dans tout ça ? Circulez, il y a rien à voir…

Source : http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/06/04/nicole-bricq-l-ecologie-n-est-pas-un-luxe-pour-bobos_1712198_3244.html

 

email
Catégorie : Décodage politique