Les grandes manœuvres politiques et agricoles

La composition du gouvernement Hollande devrait être annoncée très prochainement. Sur le terrain agricole, les grandes manœuvres ont commencé. Décryptage.

1- Les écolos placent leur pion
Quoiqu’on en dise, l’agriculture a bien été présente dans la campagne présidentielle. Les écologistes n’ont cessé d’avancer leur pion. Ainsi le journal Le Monde a publié dans la période de l’entre deux tours une tribune émanant d’organisations écolos (voir ici ) avec une proposition phare : des états généraux. En clair : remettre au goût du jour la méthode du Grenelle et sa méthode « gagnante » qui donne la parole aux associations qui ne représentent qu’elles-mêmes et imposent aux travailleurs les désirs des bobos et surtout des charges nouvelles. L’initiateur de cette tribune n’est autre que Serge Orru, directeur du WWF qui avait déjà publié d’autres « papiers » du même tonneau dans le même journal en début d’année. A noté que Mac Dufumier, ex paris agro tech et « conseiller  spécial » de Nicolas Hulot s’est aussi livré à l’exercice – s’exprimer dans le journal de référence- en proposant la même solution miracle.
Il est à noter que les grandes ONG ne souhaitent pas un EELV au poste du ministère de l’environnement, mais plutôt la version PS du profil Borloo : «  une personnalité de poids et proche de F Hollande ».

2- Sus à la FNSEA
La priorité est bien entendu de lancer de nouvelles chimères économiques autour du concept de relocalisation. Concept qui s’accompagne d’injonctions sur l’abandon des biocarburants, l’interdiction des OGM, la réduction automatique de l’usage des pesticides… Comme d’habitude, les écologistes nient la contribution économique du secteur agricole aux comptes de la nation (balance commerciale, …). Ils re-moulinent des arguments classiques sur la réduction de nos importations de tourteaux de soja , d’huile de palme…. Comme disait Raymond Barre, “il y a qu’a, il faut qu’on” !
Une approche similaire aux positions développées par Marine le Pen et le Front National. Les ‘anti’ FNSEA se retrouvent autour d’un slogan commun : il faut relocaliser et produire national.
Un point commun mais surtout une convergence d’action : l’anéantissement de la FNSEA. Car celle-ci serait LA responsable de l’impasse agricole, écologique, énergétique, de l’agriculture française, et allons-y des suicides en agriculture ! Si le prix de l’œuf a augmenté c’est à cause de la FNSEA et de ses responsables qui s’en mettraient plein les poches. Au passage, on oublie un petit détail : le modèle agricole de la FNSEA est aussi à l’origine d’un excédent agroalimentaire de… 11,6 milliards d’euros en 2011 dans notre balance de commerce extérieur. Un point de détail !

3- Le monde rural au bord de la crise de nerf
Les commentateurs découvrent « l’implantation rurale » du FN et s‘inquiètent de la peur de déclassement d’une partie de nos concitoyens. Le président de la FNSEA s’est clairement exprimé à ce sujet. Poussée dans le monde rural, poussée sur l’ensemble du territoire national, y compris dans les terres « démocrates- chrétiennes » du grand ouest. Sur Europe 1, Xavier Beulin a déclaré ne pas bien comprendre ce choix : « je crois qu’il y a des fondamentaux : nous sommes Européens. Les agriculteurs sont très reconnaissants de ce que l’Europe a permis d’apporter à l’agriculture française ». En clair, un agriculteur qui adhère aux thèses agricoles du FN se tire une balle dans le pied. Xavier Beulin a marqué une forme de désarroi face à ce vote d’adhésion FN dans les campagnes. Certes, on trouve des agriculteurs mais pour la majorité, ce sont des personnes qui se sont installés dans le milieu rural à cause du prix du foncier ou de l’immobilier, avec pour motivation de se protéger… Mais  aujourd’hui, ces personnes constatent leur appauvrissement. Immobilier en milieu rural parti à la baisse (la chimère de l’enrichissement par la hausse continue de l’immobilier mais virtuelle),  augmentation du coût de l’essence pour aller travailler, salaires moyens proches du smic, situation très difficile des petites entreprises sous-traitantes des grands groupes (automobile par exemple)… Les commentateurs découvrent que la campagne, c’est aussi des gens qui travaillent avec des contrats en intérim en enchaînant les missions ou en CDD.

4- L’agriculture intensive : un bouc-émissaire tout trouvé
Les noms du prochain ministre de l’agriculture et du détenteur du poste de l’écologie seront un vrai éclairage sur la vision de F. Hollande et du PS sur cette situation politique du monde rural et agricole en pleine mutation. Xavier Beulin souhaite un grand ministère qui regroupe l’agriculture avec l’agro alimentaire, pour donner du poids économique et donc politique pour peser face à l’environnement et l’écologie. Le rapport de force entre les prochains nominés à ces deux postes ministériels sera un indicateur déterminant pour l’avenir. Ce choix politique peut s’appuyer idéologiquement sur le vote issu des grandes villes qui ont toutes donné une majorité claire au nouveau locataire de l’Elysée et donc au PS (à l’exception de Nice). Il est fort à parier qu’une partie du PS n’hésitera pas, avec les verts, à déclarer la guerre à “l’agriculture intensive”. Un bouc-émissaire facile qui présente l’immense avantage de masquer ou d’éviter des déchirements sur d’autres sujets comme le nucléaire et encore l’aéroport Notre Dame des Landes (lire ici).
Les dossiers de l’insecticide Cruiser, la loi sur les obtentions végétales… sont des sujets déjà bien préparés médiatiquement pour ouvrir les hostilités.
Bref, une machine de guerre est sans doute lancée qui commencera par des états généraux qui se prolongeront jusqu’à la campagne des élections aux chambres d’agriculture. On pourra alors découvrir une drôle de mixture faite d’une union entre la Coordination rurale et la Confédération paysanne, appuyée par des journalistes et des ONG avec pour finalité : faire chuter Xavier Beulin et donc la FNSEA. Les boules puantes vont sortir et le combat sera centré sur la personnalité du Président de la FNSEA (un remake de la campagne contre Nicolas Sarkozy).

5- Cliver, il n’y a que ça de vrai !
Ce clivage entre ‘écolos’ et ‘tenants de l’agriculture intensive’ (ONG/FNSEA) ne serait pas vu d’un mauvais œil par certains responsables agricoles.  Ce serait l’occasion de mobiliser les agriculteurs autour de la centrale syndicale assiégée. Une situation déjà vue à l’époque de François Guillaume, président de la FNSEA qui entre 1981 à 1984 n’a cessé de démolir la politique d’Edith Cresson, ministre de l’agriculture d’alors. Mais attention, l’histoire ne se refait pas. D’autant plus que la puissance de frappe des organisations agricoles n’est plus la même. Xavier Beulin n’est pas François Guillaume. Et il n’est certainement pas prêt à mener cette guerre, avec son cortège de contre vérités, d’amalgames, de simplifications et d’outrances. Du coté de celui des opposants, ils n’auront pas d’état d’âme.

6- Tous rattrapés par la réalité ?
Ce scénario ne se réalisera peut être pas car le réalisme va s’imposer rapidement dans les sphères gouvernementales. La situation économique est loin d’être favorable (nous sommes au bord de la récession), des plans de licenciements s’annoncent, les différentiels de compétitivité perdurent avec l’Allemagne (qui ne changera pas immédiatement de politique économique), l’Etat comme les régions n’auront pas les moyens de répondre à toutes les demandes. Et le budget de la PAC n’est pas assuré. En raison du développement de la crise en Europe, ce budget sera peut être demain remis en cause. Dans ce cas, il faudra bien que le gouvernement gère. Mais avec qui au fait… ?

 

Source :
http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/04/27/pour-des-etats-generaux-de-l-agriculture_1691949_3232.html
http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/04/03/pour-un-pacte-agricole_1679228_3232.html
http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/02/24/reorienter-d-urgence-l-agriculture-francaise_1647752_3232.html

email
Commentaires
  1. JG2433
  2. Alzine
    • Wackes Seppi
      • Wackes Seppi
      • Laurent Berthod
        • Wackes Seppi
      • Dany
      • daniel
  3. Laurent Berthod
    • Dany
      • Laurent Berthod
  4. Miguel Tallman
  5. Zygomar