Les ambiguïtés de Sarkozy au monde agricole

Dans cette interview parue aujourd’hui, le président candidat reprend le refrain bien connu de « L’environnement, ça suffi ». Analyse de certaines extraits :

Que comptez-vous faire pour rendre les règles environnementales moins complexes et plus lisibles ?

« Ce qui pose un problème, ce sont les contrôles tatillons sur des textes parfois difficiles, voire impossibles à appliquer, et pouvant donner lieu à interprétation. Il faut absolument que les administrations de l’Agriculture et de l’Environnement dialoguent pour appliquer les normes. »

Notre commentaire : certes, mais l’imbroglio réglementaire est un vrai casse-tête. Les cabinets ministériels qui se succèdent ne dénouent pas ce sac de nœud. Résultat : les producteurs ne voient aucune modification sur le terrain et les textes continuent à être impossibles à appliquer.

Les agriculteurs ont été un peu troublés de vous voir choisir la ministre de l’écologie comme porte-parole pour votre campagne…

Ils auront certainement noté que j’ai demandé à François Fillon de prendre en charge son ministère, ce qui est un signe. Nathalie Kosciusko-Morizet est quelqu’un de très intelligent, ouvert, ayant parfaitement géré son ministère et qui est tout le contraire d’une personne sectaire.

Notre commentaire : NKM est particulièrement ouverte à la discussion…avec les faucheurs.

Faut-il, en France, accepter ou non les OGM ? L’Etat donne des signaux contradictoires.

Là où vous voyez des signaux contradictoires, je vois au contraire de la cohérence et de la mesure. Nous n’avons pas accepté la culture du maïs Mon 810 et nous avons décidé de prendre une nouvelle clause de sauvegarde le concernant, à la suite de l’annulation de la précédente clause par le Conseil d’Etat.

Cela ne signifie pas que nous sommes totalement opposés aux OGM. Nous avons fait voter une loi en 2008 qui n’interdit pas leur culture mais la soumet à des conditions particulières, il est vrai rigoureuses, pour lesquelles les textes d’application sont en train d’être publiés. Ainsi le seuil d’étiquetage des OGM a été fixé à 0,1 %, ce qui est cohérent puisque c’est le seuil de détectabilité.

Et nous avons notifié à la Commission européenne les distances que doivent respecter les agriculteurs entre les OGM et les cultures conventionnelles voisines. Je reste attentif à ce que dira la Commission concernant des OGM ayant subi des conditions d’évaluation renforcées et nous appliquerons alors la loi sur les OGM de 2008. Il est normal que nous appliquions le principe de précaution vu les problèmes de dissémination.

Donc certains OGM pourraient être acceptés par la France ?

Si les conditions scientifiques sont garanties, bien sûr, ce n’est pas une opposition de principe.

Notre commentaire : On navigue en pleine contradiction ! D’un côté, on autoriserait les OGM, de l’autre, on fait tout pour en empêcher la plantation. Tous les scientifiques savent que le seuil de 0.1% est inapplicable ! L’imposer signifie donc interdire de fait toute culture d’OGM en France.

Et pour le MON 810, nous en avons déjà beaucoup parlé ici : affirmer pratiquer une politique cohérente en interdisant le MON 810 sous la pression de quelques faucheurs et sans aucun argument scientifiques valable, c’est faire de la com’ et non de  la politique.

email
Commentaires
  1. Karg
    • Cultilandes
  2. Laurent Berthod
  3. JG2433
    • Laurent Berthod
  4. rageous
    • Cultilandes
  5. ME51
    • rageous
      • Karg se
    • Cultilandes
      • Laurent Berthod
    • Zygomar
  6. Zygomar
    • Karg se