Ecologie : les zig-zag de Marine Le Pen

Interrogée par le magazine Terra eco sur son programme environnemental, Marine Le Pen estime qu’il n’y a pas d’alternative crédible au nucléaire, que les énergies renouvelables, c’est du bricolage, et que le bio est « une dictature ». La candidate à la présidentielle assure être beaucoup plus cohérente pour la protection de la planète que les Verts.
Très bien, mais est-elle cohérente avec elle-même ?  On se souvient de l’arrivée très discrète au sein du bureau politique du FN de Laurent Ozon en janvier 2011. Adepte de l’Ecologie profonde, un courant de l’écologisme radical, il a fortement influencé le discours d’investiture de Marine Le Pen à la tête du FN, reprenant les poncifs de l’écologisme radical de relocalisation de l’économie et des limites des ressources (voir ici). On se souvient aussi de l’intervention de Marine Le Pen contre les OGM  au Conseil régional du Nord-Pas de Calais le 31 janvier 2011 (voir ici). Depuis, Laurent Ozon a démissionné de ses fonctions au FN  (suite à un différend sur le drame d’Oslo).
Avec tous ses messages contradictoires, on est quand même en droit de se demander quelle serait la véritable politique environnementale de Marine Le Pen si elle accédait au pourvoir.

email
Catégorie : Décodage politique