Ecolos : collusion de la justice ?

Il y a des détails qui ne manquent pas de nous faire douter de l’impartialité de la justice face aux écolos. Au dernier procès des Anti –OGM à Poitiers, le procureur n’a requis que des peines symboliques. Au procès des militants Greenpeace qui se sont introduits illégalement sur la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine (Aube) dans la nuit du 4 au 5 décembre 2011, l’ambiance était particulière, nous rapporte Le Monde (édition du 23 janvier) : En présence de plusieurs dizaines de militants de l’organisation, le procès s’est déroulé dans une atmosphère bon enfant. S’excusant presque d’interroger les neuf militants, âgés de 22 à 60 ans, aux profils professionnels variés – infirmière, retraité, ergothérapeute, apiculteur -, le président du tribunal, Gérard Launois, ainsi que le procureur ont vite compris qu’ils n’obtiendraient aucun détail sur l’organisation concrète de l’action.

Reste à voir les peines, qui probablement, ne seront pas à la hauteur de faits reproché.

email
Commentaires
  1. raul-hugues
  2. Laurent Berthod
  3. raul-hugues
  4. Laurent Berthod
  5. Laurent Berthod
  6. daniel