Démissions au HCB : ce n’est pas fini

La rumeur circulait depuis quelques semaines sur le web, les désaccords au sein du CEES (Comité économique, éthique et social) du HCB (Haut conseil des biotechnologies) s’affichent désormais au grand jour après l’avis rendu sur les OGM. Patrick Pierron, secrétaire national de la CFDT vient d’annoncer le départ du syndicat du CEES . La décision a été prise par la plus haute instance décisionnelle de la confédération et donc par François Chérèque.
Les raisons en sont claires :
Face à la recommandation du CEES du 14 décembre sur la coexistence OGM/non OGM, la CFDT a exprimé avec les acteurs économiques (FNSEA, Ania et GNIS) une divergence significative et majoritaire, sans résultat !
Au regard de ses missions, le CEES du HCB montre son incapacité à fournir un éclairage pertinent et utile aux décideurs publics. La CFDT en tire donc toutes conséquences.
[…] A cette occasion, la CFDT renouvelle ses critiques face aux interprétations erronées et rétrogrades du principe de précaution.

La FNSEA et l’Ania (Association Nationale des Industries Alimentaires) prendront-elles la même mesure?

La décision est en cours et s’exprimera par une lettre commune de ces deux organisations. Elle ferait mention de deux points : l’attitude des anti-OGM sur la destruction de l’essai OGM de Colmar qui a clairement démontré que leur objectif n’est pas d’élaborer des compromis, et la position du gouvernement sur la nouvelle clause de sauvegarde sur le Mon 810 sans solliciter le Conseil Scientifique du HCB.
Le GNIS et l’UFS devraient suivre le même mouvement, et peut être d’autre membres du CEES, par exemple : le député Claude Gatignol, représentant le parlement. Il restera au CEES du HCB que les anti-OGM, de quoi rendre des avis sur la base d’un consensus complétement « indépendant ».

email
Commentaires
  1. Karg
  2. rageous
    • Wackes Seppi
  3. rageous