Invasion des locaux de Monsanto : la stratégie des écologistes décryptée

Encore un coup médiatique remarquablement bien organisé et réussi par les faucheurs pour faire pression sur le gouvernement pour l’interdiction du MON 810.
1ère épisode : le 6 janvier, la confédération paysanne et le syndicat apicole UNAF organisent dans la salle des fêtes de Léojac (82) une rencontre interrégionale sur le thème « OGM et apiculture coexistence impossible ». Plus de deux cents personnes remplissent la salle en milieu de matinée pour écouter des intervenants. Vers 11 heures, les apiculteurs présents, venus de tout le grand sud, mettent le cap vers le site de Monsanto à Monbéqui à environ trente kilomètres de là, tout en ayant pris le soin de prévenir et d’embarquer avec eux une journaliste de France 3 (voir ici )
Une vingtaine d’entre eux se faisant passer pour des livreurs entrent sur le site et ouvrent les grilles ensuite au gros de la troupe. Quand les gendarmes arrivent, il était déjà trop tard.

2ème épisode : la soi-disant négociation. Le préfet de Tarn-et-Garonne Fabien Sudry reçoit à 14 h 30 une délégation. L’entrevue dure 1h30 minutes avec des appels vers les ministères de Nathalie Kosciusko-Morizet et de Bruno Le Maire. Résultat : un rendez-vous des faucheurs avec les ministres le 13 janvier au bout duquel le gouvernement renouvelle son engagement pour l’interdiction du MON 810.
Certains appelleront ça une action démocratique, nous une excellente action de propagande à laquelle malheureusement nos ministres cèdent en quelques heures.

Attention : les mêmes apiculteurs appellent à manifester devant le site Monsanto de Bron (69) le 20 janvier prochain. Espérons que les journalistes ne seront pas complices de la même manipulation…

email
Commentaires
  1. l'autre pierre
  2. jacques
    • Laurent Berthod
    • bob
      • Wackes Seppi
  3. Vincent