Luc Belzunce est-il « indépendant » ?

Nous avons déjà évoqué ici le cas de Luc Belzunce et de ses recherches sur les mortalités d’abeilles. Nous avons il y a quelques mois parlé d’une étude CNRS/INRA conduite par Luc Belzunce et Frédéric Delbac sur la nosémose et avions à l’époque dénoncé les conclusion orientées du communiqué de presse de l’INRA (voir ici )

Et voilà que Luc Belzunce, Responsable de l’UMR (Unité Mixte de Recherche) Abeilles et Environnement à l’Inra d’Avignon, a eu droit aux honneurs du Monde le week-end dernier. Car s’il est connu pour travailler à l’INRA sur le déclin des abeilles, il est aussi très bien implanté à l’Anses. Il est en effet « expert » au sein du groupe de travail sur les substances cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques (CMR) et membre du comité d’experts spécialisés sur la chimie. Il est aussi Vice-président du groupe de travail sur les perturbateurs endocriniens et membre du groupe de travail sur le mercure.
Et nous apprenons donc dans Le Monde qu’il est également en charge à l’Anses du Bisphenol A qui n’est pourtant pas son domaine de compétence premier.
Il s’est en effet spécialisé depuis des années dans la recherche sur les abeilles et la pollinisation et tout particulièrement sur la recherche de preuve de l’impact de certains produits phytosanitaires sur la santé des abeilles, sans résultats clairs aujourd’hui.

Là où le cas de Luc Belzunce devient intéressant, c’est lorsqu’on jette un coup d’œil à sa déclaration publique d’intérêts (cf. document à télécharger ci-dessous : page 3 et page 4) qu’il a dû remplir avant de rejoindre différentes instances au sein de l’Anses. On y découvre qu’il a été consultant pour…. l’UNAF (Union Nationale de l’Apiculture Française) moyennant une rémunération ponctuelle. Sa prestation de service personnelle a eu lieu du 31/12/2010 au 31/03/2011, ce qui correspond à la période où l’UNAF militait par tous les moyens contre le Cruiser.

Alors que tous les écologistes et militants verts n’ont de cesse d’appeler à la transparence et à la sacro-sainte « indépendance » des scientifiques, cette information risque de faire l’effet d’une bombe dans le paysage. Car comment considérer aujourd’hui Luc Belzunce comme objectif dès lors qu’il est rémunéré par une structure qui ne cache pas son militantisme radical anti-phyto. Les actions de l’UNAF ayant été dénoncées comme une tromperie par des parlementaires selon les propres termes de certains députés (rapportés par Agriculture et environnement – septembre 2011).

Sans doute cela contribuera-t-il à une lecture plus attentive des prochaines publications de Luc Belzunce et de ses prises de positions dont l’indépendance est aujourd’hui un souvenir.
La déclaration publique d’intérêts de Luc Belzunce étant daté au 28 janvier 2011, on attend une éventuelle mise à jour dans les prochains mois pour savoir si son activité de consulting auprès de l’UNAF ou d’autres associations militantes s’est poursuivie.

Déclaration publique d’intérêts de Luc Belzunce

email
Commentaires
  1. Karg
  2. Karg
    • zygomar
    • zygomar
      • zygomar
        • Karg
          • zygomar
  3. daniel
  4. daniel
    • Karg
    • Bruno
  5. Dany
  6. Alzine
  7. douar