La Greenpride fait flop !

Difficile de trouver des informations sur le déroulement de la Greenpride qui a eu lieu hier à Paris à l’initiative du collectif Appel de la Jeunesse. Entre la finale de la Coupe du monde du rugby, la convention nationale du PS pour investir officiellement François Hollande à la candidature en 2012 et le sommet du Conseil de l’Europe consacré au plan de sauvetage de l’euro, la Greenpride, « événement éco-trendy de la rentrée », a eu beaucoup de mal à attirer les journalistes. Nous n’avions pas manqué de rappeler depuis quelques semaines que le buzz ne prenait pas sur le web. Et malgré le soutien de nombreuses ONG médiatiques telles que Générations Futures, Greenpeace ou le WWF, la foule écolo n’a pas répondu à l’appel pourtant parrainé par Marie-Monique Robin et Isabelle Autissier.

Si l’AFP a publié une dépêche vendredi dernier pour annoncer l’événement, aucune dépêche n’a rendu compte du défilé. Idem côté radio où les rares interventions des organisateurs ont eu lieu avant l’événement comme sur France Info ou Europe 1.

20 Minutes, pourtant partenaire média de la Greenpride, ne consacre qu’une brève au défilé écolo. Et encore, uniquement dans l’édition parisienne du quotidien qui précise que « quelques centaines de personnes sensibles à l’environnement se sont réunies hier à Paris pour la première édition de la Greenpride par le collectif Appel de la Jeunesse. Un grand défilé carnavalesque en musique réunissant des acteurs de l’écologie a eu lieu dans l’après-midi, de la Grande Halle de la Villette à Stalingrad. »

Les organisateurs ne peuvent donc que constater leur échec. Rappelons en effet leurs objectifs : « au-delà de l’événement festif, la Greenpride vise le rassemblement des parties prenantes qui oeuvrent pour la préservation de l’environnement et de la santé. Ainsi, citoyens, associations, collectivités locales et entreprises s’uniront pour la première édition de la Greenpride à l’automne 2011. Au vu des défis actuels (crises écologique, sanitaire, économique et sociale) la Greenpride sera une excellente opportunité pour mettre les questions de santé-environnement au cœur du débat public, les médiatiser massivement et sensibiliser un très large public. »

Il faut dire également que l’événement qui a eu lie hier était quelque peu différent du projet initial. En effet, à l’origine, la Greenpride devait se terminer par « un concert gratuit en plein air » qui s’est transformé en concert dans une salle de spectacle parisienne (Le Trianon) avec un ticket d’entrée à 22 euros !

Les raisons d’un échec

On peut alors se demander pourquoi la sauce n’a pas pris. Les ingrédients étaient porutant là : ONG écolo à l’influence médiatique réelle (WWF, Greenpeace, Générations Futures…), événement bon enfant surfant sur la vague et la tendance écolo, contexte de la pré-campagne électorale… On peut s’interroger par exemple sur l’absence de personnalités politiques ? Pourquoi les Duflot, Joly, Cohn-Bendit ou Lepage n’étaient-ils pas de la partie ? Peut-être parce que l’une des organisatrices et porte-paroles de la Greenpride était Elise Vertier, membre du bureau politique de « La France en action », le parti écologiste du richissime Jean-Marc Governatori. Pas franchement tendance Europe Ecologie Les Verts ! L’unité n’est pas encore une vertu écolo.

Il reste à l’Appel de la Jeunesse la troisième mi-temps de la Greenpride pour tenter de marquer un essai. Des conférences doivent en effet être organisé en novembre/décembre sur « les enjeux santé-environnement ». Tout un programme.

PS : pour les curieux, nous avons trouvé quelques images du défilé de la Greenpride :

email
Commentaires
  1. zygomar
  2. pecqror
  3. Fabien B.
    • Karg
  4. yvesdemars
    • Fabien B.
      • pecqror
        • Fabien B.
          • Karg
          • daniel
          • Bruno
    • zygomar
  5. Laurent III
  6. germain62