Les méthodes bizarres des transitionneurs

Dans un précédent billet (voir ici), nous avons abordé un nouveau phénomène à la mode chez les écolos : les villes en transition. Il s’agit de créer dans les villes des groupes d’individus qui, petit à petit, relocalisent l’économie, avec une production agricole locale la plus autonome possible, mettent en place une monnaie locale et adoptent des ressources énergétiques autres que le pétrole. De la sorte, les transitonneurs se préparent à survivre aux pénuries de pétrole et de nourriture annoncées par l’épuisement des ressources. Nous avions promis à l’époque de nous pencher sur les méthodes bizarres par lesquelles les angoissés de l’apocalypse écologiste sont incités à devenir transitionneurs, et à le rester. L’émission Global Mag (Arte), sur un reportage concernant ce phénomène, s’était même interrogée s’il ne s’agissait pas d’une secte écolo…

Il est un fait que la transition s’adresse en grande partie à des personnes fragilisées, angoissées par le discours catastrophiste écologiste. Forcément, quand un groupe leur explique qu’elles peuvent survivre à l’apocalypse grâce à la transition, elles sont tout de suite réconfortées. Mais cela ne suffit pas. Selon Rob Hopkins, le grand « gourou » de la transition, pour que les gens deviennent des transitionneurs et se décident à vraiment changer eux-mêmes et la société dans laquelle ils vivent, il est nécessaire d’utiliser… le traitement des dépendances ! Hopkins s’inspire pour cela du Dr Chris Johnstone, spécialiste du traitement des dépendances. Et voilà ce qu’affirme ce dernier : « Je dirais que les sociétés industrialisées sont « accros » au pétrole d’une façon qui ressemble beaucoup à de la dépendance. (…) reconnaître que nous avons une dépendance au pétrole peut nous aider à comprendre pourquoi nous avons tant de mal à nous sevrer des habitudes qui en dépendent, tout en nous indiquant des stratégies, inspirées du domaine de la dépendance, qui peuvent nous aider à progresser. » Autrement dit, si vous ne voulez pas changer la société industrielle, c’est parce que vous êtes un drogué qu’il est urgent de sevrer. Cela rappelle, toutes proportions gardées, aux politiques de rééducation dans certaines républiques populaires. Evidemment, tout se fait dans la douceur. Il y a notamment des « entrevues sur la motivation », c’est-à-dire des séances dans lesquelles les gens s’écoutent en binôme, chacun à leur tour, afin de « surmonter les blocages intérieurs ». Comme l’ajoute Dr Chris Johnstone, il faut à tout pris supprimer les doutes, qualifiés de « tueurs de rêve » : « Le doute peut être combattu en recherchant des exemples encourageants : les histoires de sevrages réussis, (…). »

Dr Chris Johnstone évoque aussi l’importance des groupes « cœur et âme » chez les transitionneurs : « Avec leurs groupes « cœur et âme », les Initiatives de Transition sont attentives aux étapes du changement et aux blocage qui apparaissent chez les gens. » De quoi s’agit-il ? Tout a commencé en 2006 à Totnes (Royaume-Uni), la première ville déclarée en transition, qui a accueilli les écopsychologues Hilary Prentice et Sophy Banks pour mettre en place des activités de « psychologie de changement », fortement inspirée par Joanna Macy, la grande prêtresse de l’éco-philosophie. Hilary Prentice décrit ainsi le type d’activités des groupes « cœur et âme » : « Un après-midi d’utilisation du travail des constellations pour poser des questions sur notre travail concernant la guérison de la Terre, un jour d’atelier par quelqu’un formé par l’Alliance Pachamama (Réveiller le rêveur) et un rituel extérieur de plein hiver basé sur la tradition Dagara. (…) Ensuite, nous avons organisé un jour Espace Ouvert pour Cœur et Ame, pendant lequel tout un mélange d’ateliers a été proposé, de l’exploration du rôle de la colère ou de la méditation à de brèves offrandes par des conseils d’Indiens d’Amérique, et des rituels païens. Progressivement, de plus en plus de gens ont proposé des événements, dont un rituel d’inspiration païenne autour d’une conférence du G8, un feu d’équinoxe… »

On comprendra que ce mariage de spiritualité païenne et d’écopsychologie, visant à bannir le doute et à souder la communauté des transitionneurs face à l’apocalypse écologiste, puisse laisser perplexe, voire même susciter l’inquiétude.


Sources

email
Commentaires
  1. yvesdemars
  2. yvesdemars
    • JG2433
  3. Daniel
    • Bruno
      • Daniel
        • Bruno
          • karg
          • miniTAX
      • miniTAX
  4. JG2433
  5. Alzine
    • daniel
    • miniTAX
      • karg
        • miniTAX
          • karg
          • miniTAX
  6. karg
  7. miniTAX
  8. karg
    • daniel
  9. karg
  10. miniTAX
    • JG2433
    • karg
    • karg
      • JG2433
        • karg
  11. Alzine