Le dialogue vu par les ONG

Le 6 septembre, Eric Besson, ministre de l’Industrie et de l’Energie annonçait la mise en place d’un commission « pluraliste » sur l’avenir de la politique énergétique française en 2050. Aujourd’hui, les principales ONG annoncent leur refus d’y prendre part. Il s’agit pourtant de discuter et d’analyser les différents scénarios envisagés autour de l’avenir du parc nucléaire français.

C’est Jacques Percebois, professeur d’université spécialiste de la question énergétique, qui est pressenti pour présider cette commission avec à ses côtés Claude Mandil, directeur exécutif de l’AIE (Agence Internationale de l’Energie).

Alors pourquoi les ONG refusent-elles aujourd’hui cette main tendue du gouvernement au lendemain de l’incident de Marcoule. Du côté de la Fondation pour la Nature et l’Homme (Ex Fondation Nicolas Hulot ayant gardé les mêmes initiales), on estime qu’on « ne discute pas de la politique énergétique de la France et on ne discute pas de manière sérieuse de la place du nucléaire en trois mois » puisque les conclusions sont attendues en janvier 2012. Curieux argument pour des militants qui n’ont pas pour habitude de s’embarrasser des questions de délais et de calendrier puisque lorsqu’ils ont une revendication, ils souhaitent la voir satisfaite aussi vite que possible.

Mais selon des propos rapportés par l’AFP, la véritable raison est ailleurs. Les écologistes n’ont pas la main sur ce coup et ils « soulignent ne rien attendre de nouveau d’experts » qu’ils jugent « plutôt pro-nucléaire. » Là encore, le raisonnement est étonnant. Si ces ONG pensent avoir raison, leurs arguments devraient au moins avoir la possibilité d’être exprimés clairement pour contribuer de manière positive au débat. Mais comme d’habitude, avec les ONG, le dialogue se réduit à un monologue.

Autre point de vue décalé sur la question, celui de Jean-Marc Jancovici, un des membres de la Commission Besson. Il estime que « la question n’est pas: ‘Est-ce qu’on sort du nucléaire?’, mais ‘Qu’est-ce qu’on met à la place?’ »

C’est peut-être la véritable raison du refus des ONG de participer au débat. S’ils affirment être contre le nucléaire (sans délais !), ils admettent au fond d’eux même que les énergies alternatives sont encore bien trop faibles pour le remplacer. Ne serait-il pas plus honnête de le dire franchement ?

email
Commentaires
  1. pecqror
    • Wackes Seppi
  2. Laurent Berthod
  3. yvesdemars
  4. Bruno
  5. karg
  6. daniel
  7. karg
    • daniel
      • Bruno
      • karg
        • Dany
          • karg
  8. Laurent III
    • Bruno
      • karg
      • Dany
        • karg
      • pecqror
        • karg
  9. daniel
    • Bruno
    • karg
      • pecqror
        • karg
  10. yvesdemars
    • karg
  11. Ounichibou
    • karg
      • Laurent Berthod
  12. Laurent Berthod
  13. alzine
  14. Dany
    • karg
  15. Laurent Berthod
  16. Dany
  17. Ounichibou
    • l'autre pierre
    • Laurent Berthod
    • Laurent Berthod
    • La Coupe Est Pleine
  18. Ounichibou
    • daniel
    • Laurent Berthod
  19. Ounichibou
    • Laurent Berthod
    • Bruno
  20. Ounichibou