Veillerette : deux expertises pour le prix d’une

On connaissait François Veillerette, expert auto-proclamé des pesticides et porte-parole de Générations Futures (Ex-MDRGF). Mais l’infatigable militant devenu conseiller régional (Picardie) semble bien décidé à donner un coup d’accélérateur à sa carrière politique. L’exemple de José Bové ou de Yannick Jadot lui donne des idées.

C’est pourquoi, après les pesticides, voici le nouveau François Veillerette qui s’attaque au gaz de schiste. Il publie en effet ces jours-ci « Les vrais scandales du gaz de schiste » avec Marine Jobert. Elle est présentée comme journaliste « indépendante » (on l’aurait parié !) sur le site du livre (www.gaz-de-schiste.fr). Elle a signé une enquête sur le gaz de schiste en février dernier pour Mediapart. Elle s’est clairement engagée sur le plan militant dans la mobilisation contre le gaz de schiste début 2011, n’hésitant pas à mettre en avant sa profession de journaliste (un coup à Terra Eco, un coup à RTL bien que ses liens professionnels avec la station de la rue Bayard soient aujourd’hui quasi nuls) pour crédibiliser les collectifs militants. Ce n’est donc pas une surprise de la retrouver aux côtés de François Veillerette. Elle maîtrise le sujet et lui, il ouvre les portes des médias. Ils étaient fait pour s’entendre !

François Veillerette a donc recyclé les vielles recettes de communication qui avaient fait mouche sur le plan médiatique lors de la publication du livre qu’il a co-signé avec Fabrice Nicolino, Pesticides, révélations sur un scandale français (2007). Il a donc commencé par faire un copier-coller du site. Il a ensuite cherché le buzz en affirmant que son livre dérange les puissants de ce monde. En 2007, c’étaient « les lobbies » qui étaient montré du doigt. Ce coup-ci, les auteurs ont publié un communiqué intitulé « Pression sur les auteurs » et disponible en page d’accueil du site dédié au livre. De quoi ce pauvre François Veillerette se plaint-il ? D’avoir reçu des « menaces » de la part de l’avocat du Président d’une des société mises en cause dans le livre. Et ce président s’appelle Balkany ! Mais il ne s’agit pas de Patrick mais de son demi-frère, Julien. Une info suffisante (bien que le rapport entre Julien et Patrick Balkany sur la question du gaz de schiste soit inexistant) pour que les amis journalistes de François Veillerette et Marine Jobert commencent à se réveiller. Mais le buzz médiatique reste limité. Le Monde, Politis, Le Nouvel Obs, L’Humanité, Rue 89, L’Union ont ainsi consacré entre quelques lignes et un véritable article au livre de François Veillerette et Marine Jobert. Même la dépêche publiée par l’AFP n’a pas eu un vibrant écho dans la presse. Côté radio, ça reste aussi léger avec une intervention sur Europe 1 et France Culture. Pourtant, les deux auteurs avaient tout prévu puisque la préface est signée… José Bové. Mais pour les journalistes, José restera toujours le moustachu anti-McDO et anti-OGM devenu notable au Parlement Européen. Son engagement contre les gaz de schiste demeure secondaire.

François Veillerette va donc cherché dans les prochains jours à rebondir sur le terrain médiatique en vendant son « expertise » sur les gaz de schiste. Mais pour les journalistes, difficile d’être multi-expert sous peine de se décrédibiliser. Veillerette a d’ailleurs du mal à tenir toutes ses casquettes en même temps. A titre d’exemple, le site de l’association PhytoVictime lancée en grande pompe grâce à son soutien au printemps dernier n’a plus été mis à jour depuis le 30 avril. Il ne peut pas être partout.

email
Commentaires
  1. Bruno
    • Wackes Seppi
  2. Laurent Berthod
  3. Laurent Berthod
    • daniel
      • Laurent Berthod
  4. daniel
    • Laurent Berthod