Perturbateurs endocriniens : les parlementaires montent au créneau

Les parlementaires viennent de faire monter la pression sur les perturbateurs endocriniens Un rapport rendu public hier propose un étiquetage des produits contenants des pesticides, des phtalates, du Bisphenol A…

C’est une nouvelle fois sur le désormais sacro-saint principe de précaution que les parlementaires se sont appuyés. La mesure phare des parlementaires serait l’introduction d’un pictogramme sur les produits concernés, à l’image du pictogramme qui figure depuis quelques mois sur les bouteilles d’alcool rappelant aux femmes enceintes les risques liés à la consommation d’alcool pendant la grossesse sur leur bébé. Le lien entre perturbateurs endocriniens et maladies liées aux cancers et à la fertilité est donc jugé suffisamment crédible par les parlementaire. Pourtant, à ce jour, aucune étude ne confirme cette relation de cause à effet. Certaines en revanche, laissent planer le doute.

Précisons tout de même que la matériel médical utilisé en gynécologie-obstétrique et en néonatalogie est dans la ligne de mire des parlementaire compte tenu des matériaux utilisés pour leur fabrication. Les pratiques agricoles, souvent montrées du doigt et bien pratiques pour jouer aux « lanceurs d’alerte » sont donc pour le moment en arrière plan. On ne peut pas les utiliser à tous les coups.

email
Commentaires
  1. La Coupe Est Pleine
  2. Laurent Berthod
  3. Alzine