L’Appel de la Jeunesse passé au crible

Nous avons déjà évoqué à plusieurs reprises les actions de L’Appel de la Jeunesse (voir ici), nouvelle ONG surfant sur la vague du « jeunisme » pour rafraîchir l’image de structures moins sexy telles que le RES ou l’ex-MDRGF de François Veillerette. La fiche complète de L’Appel de la Jeunesse vient d’être mise en ligne sur le site ecolopedia. Vous y trouverez de nombreuses informations (historique, dirigeants, activités, finances, réseau) sur cette structure en développement qui envisage, comme nous l’avions révélé il y a quelques temps, d’organiser une grande « Greenpride » à l’automne.

Actuellement, le collectif Appel de la jeunesse regroupe quatre associations : le REFEDD, Vive la terre, Regards croisés et le Réseau Environnement Santé (RES). Parrainé par Gilles-Eric Séralini et Marie-Monique Robin, il aborde principalement la problématique santé-environnement, en s’adressant spécifiquement aux jeunes. L’Appel de la jeunesse a été initié en 2009 par la modeste association étudiante Regards croisés afin de dénoncer «la pollution chimique généralisée (qui) imprègne nos organismes et ceux des enfants», «la publicité omniprésente (qui) nous pousse à être des consommateurs boulimiques de biens matériels jetables et de malbouffe» et «les technologies nouvelles comme la téléphonie mobile, les OGM ou les nanotechnologies (qui) sont développées sans qu’elles aient été sérieusement évaluées au préalable». Très rapidement, la structure est devenue plus importante grâce notamment à l’aide du CRIIGEN, de Générations Futures, du RES et du WWF. A ce titre, on peut considérer le collectif Appel de la jeunesse comme avant tout un outil de certaines ONG écologistes pour relayer auprès des jeunes la problématique de la santé environnementale. Les principales cibles sont, pour l’instant, le Bisphénol A, les OGM et les pesticides, c’est-à-dire les cibles respectivement du RES, du CRIIGEN et de Générations Futures. D’ailleurs, le collectif est hébergé au siège de Générations Futures, et on trouve par exemple Soléane Duplan, la trésorière de l’Appel de la jeunesse, comme coordinatrice du RES, ou encore Malissa Phitthayaphone, administratrice du collectif, comme chargée de mission à Générations Futures. Le collectif est aussi soutenu par le bimédia Terra Eco.

email
Commentaires
  1. Laurent Berthod
  2. Alzine
  3. Laurent Berthod