Rabhi Superstar

Pierre Rabhi, apôtre de la sobriété heureuse, s’affiche ce week-end à la une du magazine du Monde. Il y est surnomé « l’écolo tranquille ». A cette occasion, Pierre Rabhi a répondu aux questions des lecteurs du Monde. Il s’exprime en particulier sur la décroissance.

« Il faut spécifier que pour ce qui me concerne, je ne suis pas seulement dans des théories générales, puisque quand nous avons décidé un retour à la terre en 1961, la question de la modération comme fondement social était l’un des paramètres complètement intégrés dans le projet. La question était : comment vivre sobrement de façon que l’être ne soit pas aliéné par l’avoir ? C’est une forme de libération. L’autre élément à prendre en compte, c’est que, objectivement, nous n’avons pour vivre qu’une seule planète, cette planète recèle des ressources, ces ressources ne sont pas illimitées, il est donc indispensable que l’humanité s’ajuste à cette réalité. Et là aussi, au lieu de voir notre planète comme une opportunité extraordinaire, belle et généreuse, nous la voyons comme un gisement de ressources qu’il faut épuiser jusqu’au dernier poisson, jusqu’au dernier arbre. C’est en quelque sorte la sacrifier à la cupidité et au lucre. C’est moralement totalement intolérable. (…)Il est temps de mettre en perspective la nécessité absolue de construire un nouveau paradigme sur la réalité que nous observons aujourd’hui. Je n’ai jamais critiqué les politiques pour ce qu’ils sont, ils sont comme tout le monde, empêtrés dans une logique d’une complexité telle qu’elle handicape même les initiatives positives. Mais si j’ai un reproche à leur faire, c’est de ne pas mettre en perspective, justement, la logique de la modération. Nous sommes dans le toujours plus, toujours plus, et nous ne sommes jamais dans un retour réaliste à la modération.»

Interrogé sur l’élection présidentielle et la primaire d’Europe Ecologie Les Verts, Pierre Rabhi ne donne pas de consigne mais sa vision de la politique.

« Il est temps de mettre en perspective la nécessité absolue de construire un nouveau paradigme sur la réalité que nous observons aujourd’hui. Je n’ai jamais critiqué les politiques pour ce qu’ils sont, ils sont comme tout le monde, empêtrés dans une logique d’une complexité telle qu’elle handicape même les initiatives positives. Mais si j’ai un reproche à leur faire, c’est de ne pas mettre en perspective, justement, la logique de la modération. Nous sommes dans le toujours plus, toujours plus, et nous ne sommes jamais dans un retour réaliste à la modération. »

Une « sobriété heureuse » chère à Pierre Rabhi qui s’affiche aujourd’hui à la une des grand médias. La « sobriété médiatique », ce sera pour plus tard…

email
Commentaires
  1. Laurent Berthod
  2. miniTAX
  3. Daniel
    • tifrisson
      • Daniel
  4. floyd
  5. Nor
    • karg se
  6. Nor
    • karg se
  7. Nor
    • karg se
      • Wackes Seppi
  8. Nor
    • Daniel
  9. tifrisson
  10. tifrisson
  11. Alzine
  12. Nor