Cohn Bendit KO !

Dans sa chronique quotidienne sur Radio Classique (Les coulisses du pouvoir), Guillaume Tabard, rédacteur en chef adjoint des Echos, est revenu hier sur la victoire politique de Cécile Duflot face à Daniel Cohn Bendit au sein d’Europe Ecologie – Les Verts.

« Daniel Cohn-Bendit ne viendra pas ce week-end au congrès des Verts à La Rochelle et annonce que son « investissement dans la politique nationale » était « terminé ». Il s’était lancé dans une bataille contre Cécile Duflot et a perdu cette bataille et donc il en prend acte. On annonçait un score serré entre leurs deux motions. Or celle de la secrétaire nationale sortante a obtenu plus de 50 % contre un peu plus de 26 % pour celle du député européen. Du simple au double, c’est écrasant. Et pour Cécile Duflot, c’est une victoire personnelle, mais aussi politique qui pèsera sur l’ensemble de la gauche notamment en 2012. Victoire personnelle car élue en 2006, à à peine 31 ans, Cécile Duflot a désormais la garantie de faire plus qu’un quinquennat à la tête des écologistes. Un exploit dans une famille politique qui a toujours pris un malin plaisir à faire valser ses dirigeants. Et une victoire politique car sa stratégie d’indépendance à l’élection présidentielle est validée sans appel. »

Guillaume Tabard insiste sur les divergences stratégiques entre Cécile Duflot et Daniel Cohn Bendit :

« Cohn-Bendit avait une autre logique : jouer le rassemblement derrière le candidat socialiste en échange de la garantie d’un groupe puissant à l’Assemblée nationale. Un scénario qui valait surtout dans l’hypothèse d’une candidature de Dominique Strauss-Kahn. Exit donc le rêve de Cohn-Bendit. A l’inverse Cécile Duflot a choisi la logique du rapport de force avec le PS, sachant que la secrétaire nationale se fixe pour objectif ni plus ni moins que copier l’exemple allemand c’est à dire parvenir à faire jeu égal voire doubler le PS et réussir ainsi à diriger des grandes villes ou des régions à l’horizon 2014. Et avant de se désister en 2012 pour le candidat socialiste, elle compte bien fixer ses conditions. »

Il faut pourtant reconnaître que Dany le Rouge/Vert reste le seul véritable stratège de la galaxie verte. C’est lui qui est à l’origine d’Europe Ecologie et qui a réussit à porter les idées écologistes à des niveaux électoraux jamais atteints par l’écologie politique, que ce soit lors des Européennes ou des régionales. Et il est a priori le seul candidat potentiel d’EELV a pouvoir faire un score important lors de la présidentielle de 2012. Sauf que Dany, la présidentielle, ce n’est pas son truc. Il a donc depuis longtemps expliqué qu’il n’irait pas. D’où l’émergence d’Eva Joly il y a un an en raison de la « jeunesse » politique de Cécile Duflot qui préfère attendre son heure. Privé de son candidat naturel, Daniel Cohn-Bendit, l’écologie politique est donc déboussolée et ne sait plus qui elle doit suivre au niveau stratégique : Cécile Duflot ? Eva Joly ? Nicolas Hulot ? Seule certitude pour le moment, « Daniel Cohn-Bendit ne viendra pas ce week-end au congrès des Verts à La Rochelle et annonce que son « investissement dans la politique nationale » était « terminé » »

email
Commentaires
  1. Daniel
  2. Laurent Berthod
  3. anton suwalki
  4. karg