Ondes : agit prop’ médiatique

Après une courte accalmie, la soirée sera marquée par le retour en force des documentaires militants aux heures de grande écoute à la télévision. France 3 diffuse en effet ce soir en prime time le documentaire « Les mauvaises ondes ». Réalisé par Sophie Le Gall, ce film entend démontrer le danger des ondes électro-magnétiques. La présentation qui en est faite sur le site de France 3 est claire :

« Les technologies sans fil ont envahi notre quotidien. Jamais dans l’histoire de l’humanité, une industrie ne s’était déployée aussi vite. En France, 64 millions de téléphones portables sont en activité, utilisés par des adultes, mais aussi des adolescents ou même des enfants. Cette nouvelle mobilité, malgré ses aspects pratiques, s’appuie sur une technologie, les micro-ondes que de plus en plus de chercheurs estiment nocives. L’Etat, devant l’inquiétude grandissante des citoyens, édicte des normes. Mais protègent-elles réellement notre santé ? Les scientifiques s’affrontent à coup d’études contradictoires. Mais lorsque les résultats auxquels ils parviennent sont inquiétants, il semblerait que les chercheurs soient discrédités et que le financement de leur recherche soit plus difficile à obtenir. Reste une question cruciale : les ondes sont-elles dangereuses pour la santé ? »

Sophie Le Gall n’en est pas à son coup d’essai. C’est elle qui avait réalisé le documentaire « Du poison dans l’eau du robinet » diffusé le 17 mai 2010 sur… France 3. On ne change pas une équipe qui gagne. Car derrière, c’est une société de production qui tire les manettes, et pas n’importe laquelle, « Ligne de Mire Production » C’est cette société qui a produit par le passé des « documentaires » véritablement à charge contre l’agriculture :

  • « La guerre des abeilles » (France 2 / Envoyé spécial – 16 octobre 2010)
  • « Assiette tous risques » (France 3 / Pièce à conviction – 28 juin 2010)
  • « L’algue tueuse » (France 2 / Envoyé spécial – 10 décembre 2009)
  • « Le goût de la fraise » (France 2 / Envoyé spécial – 2 juillet 2009)

André Aurengo, Professeur de biophysique à l’Université Pierre et Marie Curie et membre de l’Académie de Médecine, et Anne Perrin, Expert auprès de l’AFSSET pour le rapport Radiofréquences 2009, ont été invité par la rédaction de France 3 à participer à un débat après la diffusion du documentaire « Les Mauvaises ondes ». Ils ont tous les deux refusé et en donnent les raisons sur le site de l’AFIS (Association Française pour l’Information Scientifique) :

« Nous n’irons pas cautionner un faux débat dont les conclusions sont tirées et annoncées à l’avance.

« Mauvaises ondes » : c’est ainsi, en effet, que FR3 présente à grand renfort de publicité sa soirée-événement du mercredi 18 mai prochain consacrée aux effets sur la santé des ondes électromagnétiques. Comme elle l’a déjà fait pour l’eau et l’alimentation, la chaîne « publique » – il n’est pas inutile de le rappeler – capture l’audimat avec des messages alarmistes sans se soucier de l’état global des connaissances sur le sujet. Comment Sophie Le Gall, auteur à succès de ces « documentaires », peut-elle être à la fois « indépendante », c’est-à-dire objective, et militante comme elle le revendique ? Quel est donc le but d’une telle émission ? Donner le frisson aux amateurs de sensations et de complots ?

Tout cela est grave car il s’agit d’une véritable imposture où la science sert d’alibi à d’autres causes qu’il serait sans doute bon de mettre sur la table une fois pour toutes.

Le problème pour le téléspectateur sera toujours le même, qui croire ? Pourtant ce ne sont pas les rapports d’expertise collective qui manquent de nos jours, publiés régulièrement sur le sujet dans le monde entier. Les antennes sont hors de cause et faire peur sur ce sujet ne peut se justifier scientifiquement. Mais les arguments scientifiques, on le sait, ne font pas le poids après des images à sensation qui ne jouent que sur l’appel à l’émotion. La démarche scientifique, elle, s’appuie au contraire sur une méthodologie rigoureuse et sur des résultats analysés, comparés, validés, toujours plus froids que les rumeurs, les impressions ou le micro-trottoir.

Nous n’avons donc pas à servir d’alibi scientifique à une émission dont le principal propos n’a rien de scientifique et dont le but est de faire de l’audimat. La démocratie et la liberté d’expression méritent mieux que cette mascarade.

Le choix de la chaise vide est peut-être discutable. Nous en prenons le risque en notre âme et conscience et parce qu’il nous semble important de ne pas cautionner ce genre de dérive et de désinformation..

Ceci est une lettre ouverte aux médias, à l’opinion publique, mais aussi aux scientifiques car c’est à eux en priorité qu’il incombe de dénoncer les dénis dont la science fait l’objet.

 

André Aurengo
Professeur de Biophysique à l’Université Pierre & Marie Curie
Ancien président de la Société Française de Radioprotection
Membre de l’Académie de Médecine

Anne Perrin
Institut de Recherche Biomédicale des Armées
Expert auprès de l’AFSSET pour le rapport Radiofréquences 2009
Présidente de la section Rayonnements Non Ionisants de la Société Française de Radioprotection »

 

email
Commentaires
  1. iec60601
    • Laurent Berthod
    • Laurent Berthod
    • La Coupe Est Pleine
      • iec60601
        • aatea
          • iec60601
          • aatea
        • Daniel
  2. miniTAX
  3. aatea
  4. loup garou
  5. Laurent Berthod
  6. loup garou
    • Laurent Berthod
  7. Laurent Berthod
  8. iec60601
  9. Laurent Berthod