Nicolino contre le dialogue entreprises-ONG

Fabrice Nicolino poursuit actuellement la promotion de son dernier livre, « Qui a tué l’écologie? », charge violente contre « La bande des 4 » que sont la Fondation Hulot, FNE, Greenpeace et le WWF. Et c’est justement sur ce dernier que Nicolino est le plus dur. Dans une récente tribune, il dénonce ainsi l’absence de réaction du WWF suite à ses accusations présentées dans son livre qui équivaut pour lui à une reconnaissance des faits. Et parmi tous les griefs qu’il formule à l’encontre du WWF, Fabrice Nicolino insiste sur la participation du WWF à « une table-ronde destinée à promouvoir un label commercial pour le soja. Avec Monsanto. C’est ce qu’on appelle The Round Table on Responsible Soy (RTRS). » Pour Nicolino, aucune ONG ne peut discuter ainsi avec Monsanto, c’est à dire avec le grand méchant loup voire le diable en personne.

Si le WWF est critiquable sur son double jeu vis à vis des entreprises en général et des fournisseurs de l’agriculture en particulier, l’attitude de Nicolino est révélatrice de l’extrémisme de l’écologie militante actuelle. Il est devenu interdit de parler, d’échanger, de dialoguer sur des sujets pourtant complexes qui méritent une critique réciproque. Les ayatollahs de l’écologie se donne ainsi le droit de décider avec qui il est permis de discuter ou de s’assoir à la même table pour confronter des points de vues divergents. Lorsque ce dialogue est effectué de manière responsable, il est bien souvent utile. Ainsi, entre Fabrice Nicolino qui refuse de discuter et FNE qui se paie (avec l’argent du contribuable) une campagne directe contre le monde agricole, le dialogue agri-environnemental en France devrait malheureusement rester au point mort dans les prochains mois… où se joueront les négociations de la PAC post 2013.

email
Commentaires
  1. Daniel
  2. Louis