Hulot : rien n’est tranché

Alors que depuis hier tous les journalistes évoquent avec certitude la candidature de Nicolas Hulot à l’élection présidentielle (à l’intérieur ou non des primaires d’EELV), les choses ne sont peut-être pas tranchées si clairement. Tout d’abord, parce la réunion de conciliation entre les pro-Hulot et les pro-Joly au sein du Parlement d’EELV a accouché d’une petite souris : aucune décision n’a été prise concernant le calendrier et le « corps électoral » de la primaire. Autant dire que pour le moment, Hulot est coincé par le calendrier clairement favorable à Eva Joly ainsi que par les règles du jeu qui restreignent l’ouverture large des primaires à tous les sympathisants écolos.

L’autre facteur qui risque de faire réfléchir Hulot, c’est Jean-Louis Borloo. En annonçant son départ de l’UMP hier soir sur le plateau d’A Vous de Juger, l’ex SUper Ministre de l’Ecologie a fait un pas de géant vers la présidentielle en affirmant être « prêt » à se lancer dans la bataille. Hulot doit bien reconnaître que Jean-Louis Borloo est nettement plus crédible que lui au niveau politique. Un vieux briscard qui connaît parfaitement les rouages d’une élection sera plus performant qu’un animateur de télévision autoproclamé VRP, « voie de recours politique ».

Enfin, le plan de com’ de Nicolas Hulot et l’annonce de l’annonce de sa candidature à la candidature (vous suivez toujours ?) lui permet de jauger de la réaction des éditorialistes qui sont nombreux, à l’image de Joseph Macé-Scaron ou Yves Thréard, à reconnaître que Nicolas Hulot n’est pas crédible une seule seconde dans l’habit d’un candidat à la présidentielle. Il reste encore plusieurs jours à Nicolas Hulot pour prendre sa décision qui quoi qu’il arrive sera rendue publique le 13 avril. Avec en cas d’annonce de candidature, la possibilité de jeter l’éponge dans les mois qui viennent après s’être frotté de près au jeu politique.

email
Commentaires
  1. yvesdemars
  2. Laurent Berthod
  3. Meuh51