« Générations futures » s’attaque à de petits paysans

Jeudi 10 mars prochain, le tribunal correctionnel de Brive doit prononcer son jugement concernant trois arboriculteurs qui n’auraient pas respecté l’arrêté du 12 septembre 2006. Ils auraient traité leur verger par un vent supérieur à 19 km/heure.

L’omniprésente ONG Générations Futures s’est porté partie civile.

Son argumentation : « nous faisons le procès du système agricole et des coopératives. Nous n’en voulons pas aux arboriculteurs eux-mêmes… » Une dialectique bien gentillette. La réalité est plus triste.

J’ai reçu ce témoignage d’un habitant de Brive qui a assisté au procès, dans la salle du tribunal de Brive la Gaillard en janvier dernier. Une salle comble avec des agriculteurs et leurs familles d’un côté et des habitants d’Allassac, le village du coin, devenus des militants écologistes pour l’occasion.

« J’en avais les larmes aux yeux. Les trois arboriculteurs sont des petits paysans. Avec des vergers familiaux de 2 à 10 hectares. Lorsque la présidente du tribunal a demandé aux trois agriculteurs de se présenter et de dire leur revenu, il s’est fait un grand silence dans la salle : entre 600 et 800 euros mensuels.  Même pas Smicards. Voir des petits, des gars sérieux, qui font consciencieusement leur boulot, attaqués par cette association dont le porte parole, François Veillerette était venu de loin, assis tranquillement dans la salle et par un avocat rompu aux plaidoiries et parlant beau, j’en ai été écœuré. Quant aux voisins, on les monte contre les arboriculteurs. Générations Futures joue sur un arrêté mal écrit par le Ministère. Ce qui fait monter les gens les uns contre les autres. Pas joli, joli. »

Les plaignants et Générations Futures, eux,  s’en moquent. Ils ont demandé des dommages et intérêts et tapent fort. Sans pitié pour les petits. 1.000 € demandés pour chaque association et 3.000 € pour le couple de riverains. Le substitut du procureur de Brive Eric Belfayol, a demandé une amende de 1.000 euros, dont 500 euros avec sursis, à l’encontre de chacun des trois arboriculteurs. Le représentant du ministère public a demandé « une condamnation qui [ait] du sens » pour « se prémunir pour l’avenir ».

Justement pour découvrir le « sens » de ce procès, nous vous recommandons l’excellent article de Gil Rivière Wekstein  ici.

email
Commentaires
  1. La Coupe Est Pleine
  2. Laurent 2
  3. La Coupe Est Pleine