Hulot candidat à la primaire ?

C’est en tout cas ce qu’affirme le député de Loire Atlantique, François de Rugy. « C’est assez clair dans ses propos, il n’y pas beaucoup d’ambiguïtés » a-t-il déclaré à l’AFP. « C’est quelqu’un qui a décidé de tourner une page de sa vie et de sa fondation », « on n’en est plus à des hésitations » a poursuivi François de Rugy au micro de l’AFP.

« M. de Rugy a également souligné qu’il soutenait toujours Eva Joly : l’ex-magistrate et eurodéputée est « la meilleure candidate » pour le rassemblement écologiste et elle a une « longueur d’avance » pour s’être déjà présentée aux européennes de juin 2009. La primaire sera « très ouverte avec ces deux profils très différents », a estimé le député de Loire-Atlantique, faisant valoir que popularité ne rime pas avec intentions de vote.
Selon l’Ifop, M. Hulot est deuxième du classement des personnalités politiques (78% de bonnes opinions) loin devant Mme Joly (16e, 48%) mais un sondage OpinionWay place l’ex-magistrate (8-10%) devant l’écologiste-vedette (6-8%) au premier tour de la présidentielle, aussi bien dans l’hypothèse d’une candidature PS de Martine Aubry que dans celle de DSK. Selon M. de Rugy, Nicolas Hulot est par ailleurs désormais « clair sur le fait qu’+il n’y a rien à attendre de Nicolas Sarkozy+ » et qu’il faudra « discuter pour voir jusqu’où amener les socialistes » dans les négociations. »

Nicolas Hulot est-il prêt pour une campagne doublement risquée ? Premièrement, son score. Il sera observé à la loupe. En cas d’échec, il ne pourra plus prétendre représenter l’opinion publique dans ses prises de positions écologistes. Deuxièmement, son positionnement. En cas de candidature, il devra se montrer agressif vis à vis de la majorité et du centre sous peine de voir s’envoler le coeur de cible de l’électorat d’EELV. Comment en cas de victoire de la majorité pourra-t-il continuer à jouer la carte du dialogue et du consensus ?

Mais l’affaire n’est pas encore bouclée. Daniel Cohn Bendit vient en effet de mettre les pieds dans le plat en jugeant « non satisfaisant » le fonctionnement d’EELV. « Pour dire les choses simplement : l’esprit d’Europe Ecologie est en train de se diluer dans l’esprit d’Europe Ecologie-Les Verts et on en revient aux Verts classiques » et « ça fait 1,5% à la présidentielle », soit le score de Dominique Voynet en 2007 (1,57%). Le leader du courant Europe Ecologie plaide pour une primaire « qualitative » chez EELV. Il en profite pour rappeler les règles du jeu : Eva Joly « doit aujourd’hui se faire force pour quitter son histoire de juge d’instruction, elle n’est plus juge d’instruction mais candidate politique et Nicolas Hulot n’est plus animateur et pédagogue de la République, il doit être candidat politique« . Ca chauffe !

email
Commentaire
  1. Philippe de Tilbourg