Quand les écologistes banalisent le nazisme

Début octobre 2010, le journaliste Eric Conan écrivait dans Marianne un article intitulé « Les idiots utiles de la Vichymania », dans lequel il se plaignait de voir Vichy ou Hitler être régulièrement appelés à la rescousse pour dénigrer ses adversaires ou certaines politiques. Il constate ainsi : « C’est la mode : on met Vichy à toutes les sauces. Pour un rien, on évoque la délation. Pour une broutille, on renvoie son contradicteur dos à dos avec Hitler. » Et le débat sur les OGM n’échappe pas à cette mode, comme en témoigne les propos de Noël Mamère tenus lors des débats à l’Assemblée nationale sur le loi OGM en 2008 : « Même si quelques négationnistes soutiennent le contraire, tous les scientifiques sont d’accord pour dire qu’il n’est pas possible de faire coexister les cultures OGM et les cultures non OGM. »

Certaines illustrations de la bande dessinée La guerre des OGM (Delcourt, 2009) sont tout aussi choquantes. Ainsi, on passe allègrement des plantes génétiquement modifiées à la modification génétique des êtres humains, afin de mieux entretenir l’amalgame entre les biotechnologies végétales et le nazisme (voir illustration ci-contre). Le livre Faucheurs Volontaires (Dessin’acteurs, 2010), destiné à remplir les caisses des saccageurs d’OGM, reprend la même dialectique : une illustration avec le titre « De hamburger à hamburger », fait ainsi référence au film De Nuremberg à Nuremberg (voir illustration ci-contre). Là, l’amalgame entre OGM-hamburgers et Hitler-nazis est encore plus explicite.

Tout cela concourt évidemment à une banalisation des crimes nazis, comme l’explique Eric Conan : « Ceux qui profèrent ces inepties comprennent-ils seulement ce qu’ils disent ? Ont-ils conscience que, ce faisant, ils banalisent le nazisme, le vrai ? (…) Parce qu’au-delà de leur obscénité, ces raccourcis ineptes risquent d’avoir des conséquences terribles à une époque où l’inculture historique progresse et où les réalités criminelles du XXème siècle sont de plus en plus difficiles à évoquer avec des jeunes générations perméables aux rumeurs les plus dingues. Le propre de la désinvolture avec la vérité historique est d’ignorer le mal qu’elle entraîne. La plupart de ceux qui transforment l’Histoire en libre-service à la disposition de leur bonne conscience ne se doutent pas de l’effet de leurs métaphores. Non seulement ils méconnaissent l’une des exigences minimales du devoir de mémoire – le respect pour le destin des victimes, des morts et de tant de vies brisées -, mais encore ils banalisent dangereusement les événements de ces époques tragiques. Surtout, ils ne voient pas qu’en répétant que la France d’aujourd’hui est à l’image de celle d’hier, ils laissent entendre que, finalement, Vichy et le nazisme n’ont pas dû être si terribles que cela. »

Cette utilisation abusive du nazisme ou du vichysme pour qualifier ses opposants n’est pas « seulement » intolérable du point de vue éthique ou moral. Elle pourrait également avoir d’autres conséquences encore plus odieuses. Car, face à la menace des OGM, qui serait semblable à celle du nazisme, certains activistes anti-OGM, poursuivent l’amalgame se prenant volontiers pour des « résistants ». Au risque qu’un jour ou l’autre, un individu, pas tout à fait équilibré, aura tellement bien assimilé le discours qu’il décidera de s’occuper de façon violente de ceux qu’il aura assimilé comme de dangereux criminels nazis. Stigmatiser avec une telle outrance ses adversaires est donc un exercice particulièrement dangereux et irresponsable.

Sources

email
Commentaires
  1. GFP
  2. Laurent Berthod
  3. Alzine
  4. Laurent Berthod
  5. Alzine
  6. ferong
    • Zardoz
  7. Laurent Berthod
  8. loup garou
  9. Laurent Berthod
  10. aatea
    • Karg