Huile de palme : deux poids, deux mesures

L’Express vient de publier un article sur l’huile de palme dont la production est accusée de la déforestation en Indonésie. Mais Cécile Pinault, journaliste à l’hebdomadaire L’Express, a mené un enquête sur l’huile de palme « bio ». Pourquoi ? Parce que la société Daabon Organic, producteur d’huile de palme bio en Colombie est attaqué par des ONGs. « Accusé d’avoir acheté de façon obscure Las Pavas, une propriété au nord du pays, et d’y avoir expulsé sans ménagement 123 familles et d’avoir déboisé le terrain pour y implanter une palmeraie, Daabon s’est attiré les foudres des médias anglais et allemands ». Grâce à L’Express, l’affaire commence à faire du bruit dans l’hexagone. L’omerta du bio commence à se fissurer. Tout doucement. Selon une ancienne journaliste colombienne, la production de cette huile de palme bio servirait à « blanchir de l’argent ». Pas très durable… D’ailleurs, selon elle, « cette huile ne mérite pas d’être certifiée biologique. En déboisant, en détournant les rivières, en asséchant les marais, la culture de palme est loin d’être respectueuse de l’environnement ».

Mais l’affaire se corse car elle remet en question les processus de certification AB (Agriculture Biologique). Bien entendu, la société qui importe la production en France crie à la diffamation (sans porter plainte)et assure que la production de Daabon en Colombie a « un effet très important sur la biodiversité ». Ecocert est donc lui aussi en première ligne et vient d’envoyer deux auditeur sur place. Michel Reynaud, responsable de la certification internationale chez Ecocert, estime qu’il « n’y a pas de preuve de déforestation ». Le label est donc encore accordé à cette production d’huile de palme « bio ».

La polémique autour de l’huile de palme conventionnelle ne faiblit pas dans l’opinion publique mais une production du même produit, dès lors qu’elle s’assure le label «bio » est protégée. Quelle aurait été la réaction si la production concernée par ces déboisements, ces expulsions et ce blanchiment d’argent n’avait pas été bio… On vous laisse imaginer. En agriculture, la règle du « deux poids, deux mesures » semble avoir la vie longue…

email
Commentaires
  1. Cultilandes
  2. Daniel
  3. Cultilandes
  4. Laurent Berthod
  5. zygomar
  6. loktar
  7. zygomar
  8. lolo
  9. bernard leclerc
  10. bernard leclerc